Corrèze: La policière de Tulle décédée en novembre aurait succombé aux coups de son mari

ENQUETE Des traces de sang ont été retrouvées par les enquêteurs sur un oreiller et un maillet…

20 Minutes avec agences

— 

Illustration d'un commissariat de police
Illustration d'un commissariat de police — JACQUES DEMARTHON / AFP

Christine Lang, une policière travaillant au commissariat de Tulle (Corrèze), serait bien morte sous les coups de son mari, a indiqué le parquet de cette même ville, mercredi 25 avril.  Cette femme de 44 ans était décédée le 11 novembre dernier à l’hôpital de Limoges où elle avait été admise pour des « blessures graves ».

Son époux âgé de 55 ans et qui travaillait également au commissariat, s’était donné la mort avec son arme de service le lendemain, au domicile familial, dans un village situé à une vingtaine de km de Tulle.

Une trace de sang retrouvée sur un oreiller

Après cinq mois d’enquête sur la « recherche des causes de la mort », la procureur de la République de Tulle, Agnès Auboin, a indiqué lors d’une conférence de presse qu'« une trace de sang » appartenant à la victime, avait été « retrouvée sur un oreiller de l’une des chambres » du domicile du couple.

Les enquêteurs ont également mis la main sur une caisse à outils à l’intérieur de laquelle se trouvait un maillet. L’outil portait à la fois « une infime trace de sang » de la policière et « l’ADN » de son mari. Selon la procureur de la République, « les conclusions des experts rendent vraisemblable l’hypothèse criminelle ».

>> A lire aussi : Tulle: Le Raid maîtrise un forcené qui s'était retranché au commissariat