Prise d'otage à Mayenne: Le suspect est un «nationaliste» de 20 ans

FAITS DIVERS Au lendemain de la tentative de prise d'otages à Mayenne, on en sait plus sur le profil du suspect interpellé mardi après-midi... 

Q.B avec AFP

— 

Illustration de gendarmerie.
Illustration de gendarmerie. — Elisa Frisullo / 20 Minutes
  • Originaire de Château-Gontier (Mayenne) et âgé de 20 ans, l’individu « n’a aucun antécédent pénal mais a des antécédents psychiatriques », a précisé le procureur Guirec Le Bras, au cours d’une conférence de presse.
  • Il avait été hospitalisé sous contrainte à deux reprises, en 2016 et entre octobre et décembre 2017.

On en sait un peu plus sur la prise d'otage avortée à Mayenne. Peu après 15 heures mardi, un jeune homme de 20 ans a menacé, avec un fusil de chasse non chargé, un employé de l’accueil du Mémorial des déportés de  Mayenne. Un lieu qui rend hommage aux personnes envoyées dans les camps de concentration et d’extermination nazis. « C’est une prise d’otages », a-t-il dit à l’employé, qui a résisté et appelé à l’aide. Maîtrisé et désarmé avec l’aide d’un second employé, l’homme a été placé en garde à vue par les gendarmes à 15h20. Ces détails ont été révélés ce mercredi par le procureur Guirec Le Bras, au cours d’une conférence de presse.

Fragile psychologiquement, le Castrogontérien possédait dans son sac à dos plusieurs ouvrages antisémites dont Mein Kampf d’Adolf Hitler, Psychanalyse du judaïsme d’Hervé Ryssen ou encore Comprendre l’empire d’Alain Soral.

Il « mûrissait son projet depuis un mois »

Étudiant en sport-études dans le but de devenir basketteur, le jeune homme avait échoué à intégrer un club espoir de haut niveau, avant d’enchaîner des petits boulots. Il avait un suivi psychiatrique depuis sa dernière hospitalisation en octobre 2017. « Pour autant, il n’a à aucun moment prononcé de propos antisémites lors de la commission des faits », a souligné le magistrat.

Il « mûrissait son projet depuis un mois » et avait acheté le fusil vendredi dernier dans la région angevine, selon le procureur. Mais le choix du lieu n’est arrivé que très tardivement.

Le parquet décidera des suites à donner à cette affaire à l’issue de la garde à vue, qui a été prolongée jusqu’à jeudi après-midi. L’enquête a été ouverte pour « violences avec armes » et « détention et transport d’arme prohibée ». Le jeune homme doit être examiné par un expert psychiatre ce mercredi après-midi.