Picardie: Trois ados ont torturé un mineur de 13 ans pour dix euros

FAITS DIVERS Les jeunes mis en cause ont été mis en examen pour «tentative d’homicide» et «actes de torture et de barbarie»…

M.L. avec AFP
— 
Un véhicule de police. (Illustration)
Un véhicule de police. (Illustration) — Olivier Aballain / 20 Minutes
  • Un mineur de 13 ans a été retrouvé blessé sur une voie ferrée près d’Amiens.
  • Trois jeunes de son foyer ont été interpellés et ont reconnu les faits.
  • Ils sont accusés d’avoir agi en rétorsion suite à une plainte pour racket.

Lundi, trois mineurs ont été mis en examen pour « tentative d’homicide » et « actes de torture et de barbarie », a-t-on appris auprès du parquet d’Amiens. Ils avaient été interpellés après la découverte, vendredi, d’un garçon de 13 ans « dénudé et gravement blessé » sur une voie ferrée à Longueau, dans la Somme.

L’enquête a été confiée aux policiers de la sûreté départementale de la Somme. Les investigations ont permis d’établir que « le jeune homme avait été victime, la veille, de très nombreux coups et sévices durant une à deux heures, de la part de trois autres mineurs », a expliqué le parquet. La victime et les trois mis en cause sont hébergés dans le même foyer éducatif d’Amiens.

Torturé dans un wagon abandonné

« La plupart des violences ont eu lieu dans et aux abords d’un wagon abandonné à Longueau », a précisé cette même source. Selon France 3, les agresseurs présumés ont demandé à leur victime de se déshabiller, ils ont mis le feu à ses vêtements et lui ont demandé de l’éteindre avec ses pieds nus. Ils sont aussi soupçonnés d’avoir tenté d’incendier le wagon abandonné après avoir enfermé leur victime dans les toilettes.

Hospitalisée à la suite de cette agression, « la victime présente de nombreuses blessures sur le corps et au visage ». « Son incapacité totale de travail s’élève à 10 jours. »

La victime avait prêté 10 euros à un de ses agresseurs

Selon le parquet d’Amiens, « ces violences auraient eu lieu dans un contexte de rétorsions après une plainte pour racket ». Nos confrères précisent que la victime a prêté dix euros à l’un de ses agresseurs présumés. Une somme d’agent qu’il n’a pas pu récupérer.

Les trois mineurs âgés 13, 16 et 17 ans, « peu connus de la justice et de la police », ont été interpellés, samedi, et ont reconnu les faits, selon le parquet. Une information judiciaire a été ouverte. Les deux plus âgés ont été incarcérés et le plus jeune a été placé sous contrôle judiciaire en centre éducatif fermé.