Toulouse: Un cycliste blessé par balle, «c'est moi comme ça aurait pu être un autre»

INTERVIEW Clément Delcros, un jeune cycliste amateur, a été visé par un tir de petit calibre alors qu’il s’entraînait sur les hauteurs de Toulouse. Pour le jeune étudiant, c’est un « acte gratuit »…

Béatrice Colin

— 

Clément Delcros, jeune cycliste blessé par balle, lors de son hospitalisation.
Clément Delcros, jeune cycliste blessé par balle, lors de son hospitalisation. — C. Delcros / Facebook
  • Un cycliste a été blessé à l’épaule mardi soir par une balle de petit calibre tiré d’une voiture alors qu’il circulait à Pech-David, un quartier de Toulouse.
  • Pour le jeune étudiant en Staps, il a été victime d’un acte gratuit dont aurait pu être victime n’importe qui.

Alors qu’il effectuait mardi soir son entraînement sur les coteaux de Pech-David, un quartier de Toulouse, Clément Delcros, un jeune cycliste, a été blessé par une balle de petit calibre, probablement tiré d’une voiture. Cet étudiant lotois, inscrit en Staps à Toulouse et coureur de l'Amical Vélo Club Aixois déplore un « acte gratuit » de personnes qu’ils ne connaissaient pas. Une enquête est en cours.

Que vous est-il arrivé mardi soir ?

Il était 20 h, j’étais en fin d’entraînement, j’en fais cinq à six par semaine. J’étais en descente, concentré sur la route, et j’ai croisé une voiture grise, de type SUV, que je n’avais jamais vu. Au même moment j’ai entendu une détonation et j’ai ressenti comme une brûlure à l’épaule. J’ai vu que cela saignait. Des gens m’ont proposé de m’accompagner jusqu’à l’hôpital Rangueil, juste à côté, mais j’y suis allé à vélo. Le personnel soignant a tout de suite pensé à une balle et ils m’ont fait passer une radio où ils ont vu qu’elle se trouvait encore à l’intérieur.

Comme le personnel soignant, avez-vous immédiatement pensé avoir été visé par un tir ?

Je n’ai pas du tout pensé à une balle. Je me suis dit qu’il s’agissait peut-être d’un caillou projeté par les roues de la voiture ou encore lancé depuis la voiture. Je n’ai pas vu la personne qui a tiré. C’est un acte gratuit, prémédité, je pense que pour eux c’est un jeu. C’est moi, mais cela aurait pu être un autre.

Avez-vous la haine ?

Je ne peux pas dire que c’est de la haine, il y a toujours des gens qui feront ce genre de chose. J’ai surtout beaucoup de chance, cela aurait pu être dramatique. J’ai reçu des centaines de messages de solidarité, c’est une surprise et cela fait plaisir.

Allez-vous reprendre le vélo ?

A l’hôpital, ils ont décidé de laisser la balle là où elle était et de ne pas opérer. J’ai encore une douleur, mais c’est supportable, dans quelques jours ce ne sera plus qu’un mauvais souvenir. Je n’ai pas fait depuis deux jours et j’ai hâte de reprendre.

Allez-vous changer vos habitudes et éviter Pech-David ?

Il ne faut pas s’arrêter à ça, je ne vais rien changer. Je roulerai encore à Pech-David, ça ne peut pas arriver deux fois au même endroit. A vélo, on connaît les risques de circulation sur la route, ça m’est arrivé cet été d’être accroché par un camping-car. Mais peut-être que je vais essayer de ne pas trop m’énerver contre les voitures.