Meurtre de Mireille Knoll: La voisine de la vieille dame et mère d'un des suspects mise en examen

FAITS DIVERS La mère de famille est soupçonnée d'avoir aidé les deux hommes déjà mis en examen...

C.Po.

— 

Une pancarte annonce la marche blanche pour Mireille Knoll, le 27 mars 2018.
Une pancarte annonce la marche blanche pour Mireille Knoll, le 27 mars 2018. — Lionel BONAVENTURE / AFP

Elle est notamment soupçonnée d’avoir nettoyé le couteau utilisé lors du meurtre de Mireille Knoll. La voisine de l’octogénaire et mère de Yacine M., l’un des suspects, a été mise en examen vendredi pour « destruction ou modification des preuves d’un crime », a appris 20 Minutes de source judiciaire, confirmant une information du Parisien. Zoulikha K. a été laissée libre sous contrôle judiciaire.

Le 23 mars dernier, l’octogénaire de confession juive a été découverte morte à son domicile, un modeste appartement du 11e arrondissement de Paris, le corps lardé de onze coups de couteau et en partie calciné. Le lendemain, le fils de Zoulikha K., âgé de 28 ans, était interpellé dans l’immeuble, alors qu’il se rendait chez sa mère qui réside cinq étages au-dessus de la victime. Un deuxième homme, Alexandre C., SDF de 21 ans, a été arrêté le lendemain. Tous deux ont été mis en examen pour « homicide volontaire en raison de l’appartenance vraie ou supposée de la victime à une religion et sur personne vulnérable » et placés en détention provisoire.

Une pièce déterminante

Au cours de sa garde à vue, Alexandre C. a indiqué aux enquêteurs que tous deux étaient montés chez la mère de Yacine M. après le crime avec un couteau, le porto qu’ils avaient consommé chez Mireille Knoll et les verres. Selon ses déclarations, Zoulikha K. aurait alors nettoyé le sang sur le couteau et jeté les verres dans la benne à ordures. Aucune empreinte n’a donc pu être relevée sur ce qui semble être l’arme du crime. Or, depuis leur interpellation, les deux suspects reconnaissent s’être rendus chez la vieille dame, mais se rejettent la responsabilité du meurtre.

La qualification d’antisémitisme, d’abord retenue par le parquet puis par le juge d’instruction, s’appuie sur les déclarations d’Alexandre C. Au cours de sa garde à vue, ce dernier a indiqué que Yacine M. avait évoqué la situation financière des personnes de confession juive puis aurait crié « Allahou Akbar » en donnant des coups de couteau à Mireille Knoll. L’intéressé a nié les faits. Cette affaire, qui survient presque un an jour pour jour après le meurtre de Sarah Halimi, a suscité une vague d'émotion bien au-delà de la communauté juive.

>> A lire aussi : Crime antisémite ou crapuleux, le mobile du meurtre de Mireille Knoll au cœur de l'enquête