Meurtre du petit Jonathan: 14 ans après, les enquêteurs à la recherche d'un sac à dos

NON ELUCIDE 14 ans après le meurtre du petit Jonathan Coulom, près de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), les gendarmes de la section de recherche de Rennes lancent un nouvel appel à témoin...

Thibaut Chevillard

— 

Jonathan Coulom a été enlevé dans un centre de vacances en 2004
Jonathan Coulom a été enlevé dans un centre de vacances en 2004 — FRANK PERRY / AFP
  • Jonathan Coulom, 10 ans, a été enlevé à Saint-Brévin-les-Pins en avril 2004.
  • Le corps du garçon a été retrouvé le 19 mai suivant dans un étang, à Guérande.
  • Son meurtre reste non élucidé.
  • Les gendarmes sont à le recherche d'un sac à dos.

Quatorze ans après, le meurtrier de Jonathan Coulom, 10 ans, court toujours. Le garçonnet avait été enlevé dans la nuit du 6 au 7 avril 2004, alors qu’il séjournait dans un centre de vacances à Saint-Brévins-les-Pins ( Loire-Atlantique), près de Saint-Nazaire. Six semaines plus tard, son corps dénudé était retrouvé dans un étang, ligoté et lesté d’un parpaing, trente kilomètres plus loin, à Guérande. Originaire du Cher, « Cow-boy », comme le surnommaient ses parents, a sans doute été séquestré un mois avant d’être tué par suffocation. Depuis, les enquêteurs de la section de recherche de Rennes travaillent inlassablement pour retrouver l’auteur des faits

Après avoir recueilli récemment de nouveaux éléments, ils ont lancé un appel à témoin ce vendredi. Ils sont désormais à la recherche de témoignages « sur la présence éventuelle d’un sac à dos en cuir marron de type "besace", possédant des poches ainsi qu’un lacet sur le dessus pour le fermer, qui aurait pu être découvert en avril ou mai 2004 dans les environs de Saint-Brévins-les-Pins ou de Guérande ». Pour quelle raison pensent-ils que ce sac aurait-il pu être perdu par le meurtrier ? Contacté par 20 Minutes, le parquet de Nantes a indiqué ne pas faire de commentaire.

Des milliers de prélèvements ADN

Regroupés au sein d’une cellule d’investigations, baptisée « disparition 44 », les enquêteurs vérifient depuis toutes ces années chaque piste qui pourrait permettre de faire avancer l’affaire. Un site internet, intitulé « dossier Jonathan », avait même été créé en 2008, sur lequel avaient été postées des photos des lieux où l’enfant avait disparu, des endroits qu’il avait visités avant sa disparition, de l’étang où son corps a été retrouvé, près du manoir de Porte Calon, à Guérandes. Ce site a depuis été désactivé.

Des milliers de prélèvements ADN ont été réalisées, des centaines d’empreintes digitales relevées, mais sans résultat jusque-là. Ils ont également étudié un temps l’hypothèse d’un tueur allemand, surnommé outre-Rhin par les policiers le « Schwartzman », c’est-à-dire « l’homme en noir ». Un inquiétant personnage qu’ils soupçonnent d’avoir agressé, entre 1989 et 1992, une vingtaine d’enfants dans des centres de vacances, et qui aurait commis, entre 1992 et 2001, quatre enlèvements suivis de meurtre. Arrêté en 2011, Martin Ney a reconnu en partie les faits et a été condamné à la prison à vie. Mais il a nié être le meurtrier de Jonathan.

Piste locale

Autre piste. Les gendarmes avaient aussi lancé, en 2001, un appel à témoin pour essayer de retrouver un homme qui se serait introduit à plusieurs reprises, entre 1982 et 1998, dans une douzaine de centres de vacances afin d’agresser sexuellement des enfants âgés de 7 à 12 ans. Une trentaine de faits avaient été recensés, principalement dans une zone située au sud de la Loire. Les victimes avaient décrit un homme né entre 1950 et 1970. Une piste qui avait aussi été prise très au sérieux par les enquêteurs au regard des troublantes similitudes dans le mode opératoire.

Ce nouvel appel à témoin est adressé « à toutes les personnes susceptibles d’apporter des renseignements sur ce sac à dos ou sa découverte, ainsi qu’à tous les services d’objets trouvés des mairies de Loire-Atlantique ». Les personnes disposant d’informations peuvent les communiquer en appelant le 0800.007.822 (numéro vert) ou envoyant un mail à cellule-disparition-44@gendarmerie.interieur.gouv.fr.

>> A lire aussi : Loire-Atlantique: Un nouvel appel à témoins 14 ans après le meurtre du petit Jonathan

Affaire Jonathan Coulom: un homme arrêté pour le meurtre de trois enfants allemands