VIDEO. Seine-Saint-Denis: Il menace de «nettoyer au Kärcher» le maire d'Aulnay-sous-Bois

CITATION Opposant de Bruno Beschizza, Hadama Traoré a traité le maire d’Aulnay de « dictateur », lui reprochant de l’avoir « révoqué » de son poste d’animateur jeunesse…

C.S. avec AFP

— 

Bruno Beschizza, maire d'Aulnay-sous-Bois
Bruno Beschizza, maire d'Aulnay-sous-Bois — WITT/SIPA

Il cite Nicolas Sarkozy et comparaîtra devant la justice. Opposant au maire d'à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) et figure militante du quartier des 3.000, Hadama Traoré a été placé en garde à vue mercredi après avoir notamment appelé au «nettoyage au Kärcher de la racaille en col blanc» dirigeant la ville. Une phrase prononcée notamment par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, en 2006 sur la dalle d’Argenteuil.

Il comparaîtra le 13 septembre pour «menaces de destruction dangereuse pour les personnes, menaces de crimes ou délits à l’encontre d’un élu public et entrave au fonctionnement du conseil municipal du 7 mars», au préjudice de Bruno Beschizza, le maire LR de la ville, a indiqué le parquet.

«Révoqué» de son poste d'animateur jeunesse

La mesure comporte l’interdiction de paraître à la mairie. Lors du conseil municipal du 7 mars, Hadama Traoré, très actif sur Facebook et sur le terrain depuis un peu plus d’un an, avait traité le maire de « dictateur », lui reprochant de l’avoir « révoqué » de son poste d’animateur jeunesse qu'il occupait depuis 10 ans, selon des propos retranscrits par la mairie, les vidéos de son intervention n’étant plus disponibles sur Internet.

« On va vous virer, vous et tous vos sbires. Comment ça se fait qu’un homme seul se permette de diriger une ville ? Quoi, elle est à vous la ville ? Hé moi je suis né à Aulnay-sous-Bois », avait déclaré à l’adresse de Bruno Beschizza​ ce trentenaire, cofondateur du collectif citoyen La Révolution est en marche qui milite très activement contre les « violences policières ». S’adressant également à sa première adjointe, il avait conclu sa diatribe par ces mots : « Croyez-nous, en 2020, on va vous nettoyer au Kärcher ». Suite à cette intervention, le maire avait ordonné le huis clos et la police fait évacuer une cinquantaine d’habitants venus le soutenir.