Lorraine: Une semaine plus tard, un homme se dénonce du meurtre de son colocataire

ENQUETE Parce qu’il n’aurait pas apprécié que son colocataire, malade, tache leur appartement, un homme de 33 ans l’a frappé avant qu’il ne décède d’un malaise. Le coupable présumé s’est présenté à la gendarmerie une semaine après…

B.P.
— 
L'homme s'est présenté à la gendarmerie une semaine après les faits. Illustration
L'homme s'est présenté à la gendarmerie une semaine après les faits. Illustration — C. Allain / 20 Minutes

L’homme s’est présenté à la gendarmerie de Vaucouleurs (Meuse) avec son frère. Âgé de 33 ans, le Lorrain s’est dénoncé ce jeudi matin du meurtre de son colocataire une semaine plus tôt, ainsi que l’a détaillé le procureur à nos confrères de L'Est Républicain. Le trentenaire a de suite été placé en garde à vue.

Selon ses récits des faits, il n’aurait pas apprécié que son colocataire, malade, tache leur appartement. Victimes de coups de poing ou de genou, celui qui partageait son logement serait décédé d’un malaise peu de temps après. Le trentenaire, lui, aurait alors caché le corps sous des vêtements dans l’escalier de la cave de leur bâtiment.

Des problèmes de drogue

Parti vivre chez son père après les faits, ce Meusien connu de la justice pour des problèmes de drogue (comme la victime) aurait finalement été convaincu par son frère d’aller se présenter devant les autorités. Sa garde à vue a été prolongée alors que l’enquête se poursuit en attendant, notamment, les résultats de l’autopsie.