Violente agression d'un Anglais à l'Euro-2016: Un deuxième Russe mis en examen et écroué à Marseille

AGRESSION L’homme, qui faisait l’objet d’un mandat d’arrêt européen, a été interpellé en février en Allemagne…

H. B. avec AFP

— 

De violents affrontements ont opposé supporters russes et anglais sur le Vieux Port à Marseille, le samedi 11 juin 2016.
De violents affrontements ont opposé supporters russes et anglais sur le Vieux Port à Marseille, le samedi 11 juin 2016. — LEON NEAL / AFP

Près de deux ans après l'Euro-2016, la justice a rattrapé un second agresseur présumé  d'un supporter anglais, tabassé et laissé pour mort dans la cité phocéenne. Un deuxième Russe, a été mis en examen et écroué le 22 mars, a-t-on appris ce vendredi auprès de son avocat et de l’avocat de la victime.

Mikhail Ivkine a été mis en examen par un juge d’instruction marseillais pour violences volontaires en réunion suivies d’une infirmité permanente et placé en détention provisoire. L’homme qui faisait l’objet d’un mandat d’arrêt européen a été interpellé en février en Allemagne, quelques jours après l’arrestation d’un premier hooligan russe, lui aussi mis en examen et incarcéré à Marseille, selon son avocat Me Louis-Dominique Cren.

Les policiers marseillais ont mené un véritable travail de fourmi

En plein Euro-2016, le Vieux-Port et ses environs avaient connu un déchaînement de violences de la part de quelque 150 hooligans russes venus spécialement pour en découdre, avait décrit le procureur de l’époque, parlant d’ultra-violentes « chasses à l’Anglais ». Trente-cinq blessés avaient été déplorés, quasiment tous britanniques, dont deux avaient été très grièvement atteints : Stewart Gray, 47 ans, et Andrew Brache, 51 ans.

>> A lire aussi : Les deux Anglais grièvement blessés ont été rapatriés

Après ces violences, les policiers​ marseillais ont mené un travail de fourmi, analysant notamment des heures de vidéosurveillance ainsi que les vidéos de caméras portatives filmées par les hooligans russes eux-mêmes et postées parfois sur YouTube, pour identifier les agresseurs.