Côte-d'Or: Les lettres anonymes visant le maire de Chenôve venaient de son premier adjoint

FAITS DIVERS Le premier adjoint se présente « comme un lanceur d’alerte » et dénonce dans ses lettres un possible conflit d’intérêts…

20 Minutes avec agences
— 
La ville de Chenôve est au cœur d'un conflit entre le maire et son premier adjoint.
La ville de Chenôve est au cœur d'un conflit entre le maire et son premier adjoint. — Capture d'écran/Google Street View

Thierry Falconnet, maire PS de Chenôve près de Dijon (Côte-d’Or), était visé par des lettres anonymes dénonçant un possible conflit d’intérêts. L’auteur des courriers a été identifié. Il s’agit de son premier adjoint.

Le maire lui a retiré ses délégations ce mardi 27 mars. « Je ne pouvais pas continuer à travailler avec quelqu’un qui emploie un tel procédé à mon encontre. J’espère pour Chenôve et pour lui-même qu’il prendra la seule décision qui vaille : la démission », a déclaré le premier magistrat. Il mettra au vote du conseil municipal, le 9 avril, le retrait de sa qualité d’adjoint.

Une bataille autour des municipales 2020 ?

Thierry Falconnet, sa directrice de cabinet et un autre conseiller municipal, également visés par ces courriers, avaient porté plainte contre X, fin janvier pour dénonciation calomnieuse. Le premier adjoint Dominique Michel, entendu par la police, a reconnu être l’auteur des lettres.

Thierry Falconnet émet l’hypothèse d’une manœuvre à l’approche des élections municipales de 2020 de celui qui est aussi secrétaire de la section locale du Parti socialiste. Mais le premier adjoint balaye cet argument. Il reconnaît avoir écrit les lettres anonymes mais se « positionne comme un lanceur d’alerte ».

Un possible conflit d’intérêts

Les courriers, datés de janvier, avaient été adressés au procureur de la République, au rectorat, à la préfecture et à l’université, selon leur auteur. Ils concernaient une délibération du conseil municipal de 2016 portant sur le financement, à hauteur de 72.000 euros, d’un projet de recherche sur l’utilisation des nouvelles technologies dans les écoles, avec l’université de Dijon et le CNRS.

>> A lire aussi : Le maire du Kremlin-Bicêtre en garde à vue dans une affaire de fraude

Pour Dominique Michel, il y aurait un risque de conflit d’intérêts. Le maire de cette ville de 14.000 habitants est également inspecteur de l’éducation nationale et les autres personnes visées sont des universitaires. Le premier adjoint avait voté la délibération mais affirme avoir averti les intéressés.

Des investigations envisagées

Le parquet a indiqué de son côté avoir ouvert une procédure à la suite de la réception de la lettre anonyme et une autre à la suite des trois plaintes. Les premières investigations ont permis d’identifier l’auteur des lettres.

>> A lire aussi : Poursuivi pour corruption passive, le maire de Beausoleil relaxé en appel

Le ministère public envisage des « investigations destinées à préciser cette notion de conflit d’intérêts et si cela est susceptible de poser difficulté du point de vue de la réglementation applicable ». Il précise toutefois n’avoir pris aucune décision sur la suite à donner à cette affaire.