VIDEO. Isère: Une voiture fonce sur des militaires, deux personnes interpellées

ENQUETE La propriétaire de la voiture a été interpellée à Echirolles, ainsi qu'un homme qui pourrait être le conducteur...

Caroline Politi et Thibaut Chevillard

— 

Un policier devant la caserne de Varces-Allières-et-Risset, dans l'Isère
Un policier devant la caserne de Varces-Allières-et-Risset, dans l'Isère — JEAN-PIERRE CLATOT / AFP
  • Une voiture a foncé ce jeudi matin sur des militaires à Varces, sans faire de blessé.
  • Deux personnes ont été interpellées.
  • Rien n'indique qu'il s'agisse d'une tentative d'attaque terroriste. 

Ce jeudi matin, un homme a tenté de renverser avec son véhicule des militaires de la 27e brigade d’infanterie de montagne de Varces-Allières-et-Risset, en Isère, a appris 20 Minutes de sources concordantes. Un passager a également été aperçu dans le véhicule, précise une source proche de l’enquête. Deux individus ont été interpellés à Grenoble et à Echirolles ce midi, a appris 20 Minutes de source proche de l’enquête.

Les faits se sont produits entre 8h15 et 8h30 du matin à proximité de leur caserne alors qu’un groupe d’une dizaine de militaires faisait du sport. Les deux individus auraient d’abord frôlé avec leur véhicule un groupe de « six ou sept militaires » en les insultant et les menaçant. « Quelques instants après », le conducteur a roulé en direction un autre groupe de « quatre soldats de montagne qui ont pu se dégager et se protéger », a déclaré lors d’un point presse le colonel Alain Didier, chef d’état-major de la 27e BIM. Aucun des militaires n’a été blessé.

Deux personnes interpellées

Un homme a été interpellé vers 12h30 à Grenoble, dans le quartier de l’Arlequin, par la BRI et les policiers de la sécurité publique. Des vérifications sont en cours pour déterminer s’il s’agit du conducteur du véhicule. Presque simultanément, la propriétaire de la voiture a été interpellée à Echirolles par la BRI, indique la police nationale sur son compte Twitter. Les enquêteurs veulent savoir si elle était bien ce matin à bord de la voiture, une Peugeot 208 selon l’armée.

L’antenne de Grenoble de la PJ de Lyon a été saisie de l’enquête. Pour l’heure, si aucune piste n’est écartée, rien n’indique qu’il s’agisse d’une tentative d’attaque terroriste. Selon une source judiciaire, interrogée ce midi, le parquet antiterroriste évolue la situation « en coordination avec le parquet de Grenoble ».

Une conférence de presse du procureur

Les enquêteurs privilégient le geste de personnes « sous l’emprise d’alcool et de stupéfiants », confie à 20 Minutes une source policière, précisant que la piste d’une agression de droit commun est privilégiée. Le procureur de la République de Grenoble, Jean-Yves Coquillat doit tenir une conférence de presse à 17h, indique le parquet de la ville.