Roissy: Six hommes soupçonnés d'extorquer des touristes sud-américaines interpellés

ESCROQUERIE Une trentaine de plaintes ont été recensée depuis juin 2017...

Caroline Politi

— 

Des membres de la PAF (police de l'air et des frontières).
Des membres de la PAF (police de l'air et des frontières). — DANIEL JANIN / AFP

Le scénario était presque toujours le même. Six hommes soupçonnés d’avoir extorqué des touristes sud-américaines à l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, ont été interpellés ce mardi matin et placés en garde à vue, a appris 20 Minutes de source policière. Un septième individu est toujours recherché. « Au total, nous avons pu remonter une trentaine de plaintes, mais il y a probablement beaucoup plus de victimes », estime le capitaine Régis Bailleul, chef de l’unité judiciaire de la police de l’air et des frontières (PAF) de Roissy.

>> A lire aussi : Roissy. Des touristes agressés et volés devant leur hôtel

Un scénario bien rodé

L’enquête a débuté en juin 2017 après le témoignage d’un responsable hôtelier de l’aéroport sur les éboires subis par plusieurs de ses clientes qui avaient justement refusé de porter plainte. Au fil des témoignages, les enquêteurs identifient un scénario extrêmement bien rodé. Dès la sortie du terminal, un rabatteur cible exclusivement des femmes sud-américaines, pour la plupart originaires du Honduras ou du Nicaragua. Il se fait parfois passer pour une entreprise de VTC, parfois pour l’organisateur des navettes gratuites mises à disposition dans certains hôtels. Afin de les mettre en confiance, il leur parle en espagnol et parvient, sous un prétexte fallacieux, à leur prendre leur passeport et leur billet d’avion.

Il les conduit vers un chauffeur complice. Ce dernier conduit ensuite les victimes dans un endroit désert, verrouille les portes puis les menace de les frapper ou de les « confier à des amis ». « Ils ciblaient des profils fragiles, précise le chef de l’unité judiciaire. La plupart des victimes arrivaient légalement en France, mais avaient pour but de rejoindre l’Espagne afin d’y travailler. Elles avaient sur elles toutes leurs économies. »

Inconnus des services de police

La vidéosurveillance ainsi qu’une analyse de la téléphonie a permis d’identifier sept individus, dont six ont été interpellés ce mardi et sont toujours en garde à vue. Âgés de 21 à 40 ans, tous sont inconnus des services de police.