Paris: Une octogénaire juive tuée dans son appartement, la piste antisémite privilégiée

ENQUETE Mireille Knoll est morte de plusieurs coups de couteau avant que son appartement parisien ne soit incendié...

Caroline Politi

— 

Les pompiers ont découvert dans un appartement en feu le corps sans vie d'une octogénaire.
Les pompiers ont découvert dans un appartement en feu le corps sans vie d'une octogénaire. — Erwan Thépault / AFP
  • Le corps de Mireille Knoll a été retrouvé dans son appartement en feu, portant la trace d'une dizaine de coups de couteau.
  • Deux hommes ont été déférés en vue d'une éventuelle mise en examen pour «assassinat en raison l'appartenance vraie ou supposée d'une victime à une religion».
  • Une information judiciaire a été ouverte.

Même arrondissement, même profil, même émoi. Quatre jours après la découverte du corps sans vie de Mireille Knoll dans son appartement du XIe arrondissement, le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire pour « assassinat » à caractère antisémite. Cette octogénaire juive, rescapée de la rafle du Vel d’Hiv’, est morte de plusieurs coups de couteau avant que son appartement soit incendié. Un crime qui intervient presqu'un an jour pour jour après le meurtre de Sarah Halimi, une juive orthodoxe de 65 ans, défenestrée en pleine nuit par un voisin aux cris d'«Allahou Akbar».

>> A lire aussi : Antisémitisme: «En 2017, on a dû déménager parce qu'on est juif»

Deux hommes présentés à un juge dans la soirée

Il est 18h22, vendredi, lorsque les voisins de Mireille Knoll donnent l'alerte. Une épaisse fumée émane de son appartement situé au 2e étage d’un immeuble qui en compte dix, rue Philippe-Auguste. Arrivés sur les lieux une dizaine de minutes plus tard, les pompiers découvrent au cours de leur progression le corps sans vie de cette retraitée de 85 ans. L’autopsie a révélé que, contrairement aux apparences, Mireille Knoll était décédée avant même l’incendie. Une dizaine de traces de coups de couteau « plus ou moins profonds » ont été relevées sur son corps. Quant à l’incendie, son origine criminelle a été confirmée par deux départs de feu distincts, précise une source proche de l’enquête.

Une information judiciaire « assassinat à raison de l’appartenance vraie ou supposée de la victime à une religion et sur personne vulnérable », «vol aggravé» et « destruction du bien d’autrui par un moyen dangereux » a été ouverte ce lundi par le parquet de Paris et confiée au deuxième district de la police judiciaire parisienne.

Deux hommes vont être présentés dans la soirée à un juge d’instruction en vue d’une éventuelle mise en examen. Le premier, arrêté le lendemain du meurtre, est un voisin de Mireille Knoll, né en 1989. Un deuxième homme, sans domicile fixe, a été interpellé dans la nuit de dimanche à lundi. Tous deux sont connus des services de police pour des faits de droit commun, précise une source policière. Le parquet a requis leur placement en détention provisoire.

Vif émoi dans la communauté juive

A l’aune de l'anniversaire de l’affaire Halimi, le meurtre de Mireille Knoll a suscité un vif émoi au sein de la communauté juive. Le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) a appelé à une marche blanche mercredi à 18h30 en sa mémoire. Il y a presque un an jour pour jour, Sarah Halimi, était précipitée en pleine nuit par-dessus la rambarde de son appartement du XIe arrondissement par son voisin. Celui-ci s’est introduit par le balcon, l’a rouée de coups tout en hurlant « Allahou Akbar » et des versets du Coran avant de la défenestrer. Après des mois de bras de fer judiciaire, le caractère antisémite a finalement été retenu au début du mois de mars.