VIDEO. Attaques terroristes dans l'Aude: Trois morts, le suspect abattu... Ce que l'on sait de la prise d'otages à Trèbes

AUDE L’homme a ouvert le feu sur un groupe de CRS vendredi matin, avant de prendre en otages des clients et employés d’un supermarché…

Caroline Politi

— 

Les forces de l'ordre bloquent l'entrée de la ville de Trèbes (Aude), le 23 mars 2018, alors qu'une prise d'otage est en cours dans un supermarché de la ville.
Les forces de l'ordre bloquent l'entrée de la ville de Trèbes (Aude), le 23 mars 2018, alors qu'une prise d'otage est en cours dans un supermarché de la ville. — ERIC CABANIS / AFP

Une prise d'otages a eu lieu ce vendredi pendant près de trois heures dans un supermarché de Trèbes, dans l’Aude, a appris 20 Minutes de sources concordantes. Le suspect, un homme de 26 ans connu pour des faits de petite délinquance, a été abattu. 

>> Suivez la prise d'otages à Trèbes en direct avec nous par ici...

Une carte pour mieux vous repérer

Deux attaques à Carcassonne

Selon les éléments de l'enquête dévoilés par François Molins vendredi soir, l'assaillant s'est dirigé vers la caserne militaire avant de se rabattre vers celle des CRS ce matin a Carcassonne. Vers 10h30, un groupe de quatre CRS qui rentrait d’un footing et se dirigeait vers la caserne ont été pris pour cible par un homme à bord d’une Opel blanche. Celui-ci a ouvert le feu à plusieurs reprises dans leur direction à l’aide d’une arme de poing. L’un des CRS a été blessé par balle à l’épaule sans que ses jours ne soient en danger. Les trois autres CRS ont été transportés, sous le choc, ont été transportés à l'hôpital.

Mais la dramatique équipée du tireur a commencé avant l'attaque des CRS. Vers 13 heures, un mort et un blessé grave ont été retrouvés à proximité immédiate de la caserne de Carcassonne, dans une pinède, révélait 20 Minutes. Il pourrait s'agir des propriétaires de la voiture. 

Prise d'otages à Trèbes

Vers 11h15, une prise d’otages est signalée au supermarché SuperU de Trèbes, à quelques kilomètres de là. Sur le parking, les enquêteurs découvrent la même voiture que celle ayant servi à attaquer les CRS.

Selon le récit fait par le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, le tireur a immédiatement ouvert le feu en pénétrant dans le magasin, tuant deux personnes. Les gendarmes sont parvenus à évacuer les autres clients et employés du magasin. Pour sauver plusieurs otages, le lieutenant-colonel de la brigade s'est volontairement substitué à lui. Le terroriste menaçait de tout faire sauter.

L'assaut a été donné peu après 14h par l'antenne du GIGN de Toulouse, appuyée par la BRI de Montpellier et Toulouse et le Raid. A 14h20 le GIGN de Toulouse a abattu l'auteur et deux gendarmes ont été blessés. Le lieutenant-colonel, très grièvement blessé, a été évacué vers l'hôpital le plus proche. 

Quelles sont les motivations du preneur d'otages?

«Tout porte à croire qu'il s'agit d'une attaque terroriste», a réagi Emmanuel Macron, en marge d'un sommet européen. Un des témoins de l'attaque du supermarché aurait indiqué avoir entendu le suspect crier « Allahou Akbar ». Le tireur a été identifié comme Redouane Lakdine, «un petit délinquant de 26 ans», selon les mots du locataire de la place Beauvau. Il était notamment connu pour trafic de drogue. L'homme avait fait l'objet d'un suivi mais aucun signe de radicalisation n'avait été détecté. 

Radouane Lakdim a crié «Allah Akbar» et revendiqué être un «soldat» de l'organisation Etat islamique au moment où il entrait dans le magasin Super U, a déclaré vendredi le procureur de la République de Paris, François Molins.

Qui s’occupe de l’enquête ?

Une enquête pour « assassinat », « tentative d’assassinat » et « séquestration » en relation avec une entreprise terroriste a été ouverte par la section antiterroriste du parquet de Paris.​ Le procureur de la République de Paris François Molins se rend sur place. L’enquête a été confiée à la sous-direction antiterroriste (SDAT), la DGSI et la PJ de Montpellier (DIPJ).