Pontoise: Un frère d’Adama Traoré soupçonné d'avoir racketté deux femmes sous curatelle

PROCES Bagui Traoré sera jugé le 25 avril par le tribunal de Pontoise. Trois autres jeunes hommes de la fratrie Traoré sont visés par des procédures judiciaires…

C.S. avec AFP

— 

Paris, le 5 novembre 2015. - 800 manifestants ont défilé pour demander «justice pour Adama Traoré», ce samedi, à Paris.
Paris, le 5 novembre 2015. - 800 manifestants ont défilé pour demander «justice pour Adama Traoré», ce samedi, à Paris. — AFP

Bagui Traoré, le frère d’Adama, une nouvelle fois aux prises avec la justice. Suspecté d’avoir racketté deux femmes sous curatelle renforcée, le jeune homme comparaîtra le 25 avril devant le tribunal correctionnel de Pontoise.

Dans le dossier d’extorsion - qui devait être jugé jeudi -, il lui est reproché d’avoir violemment racketté deux femmes sous curatelle renforcée dans le nord du Val-d’Oise, entre août 2015 et juillet 2016. L’audience a été renvoyée à la demande de la défense de Bagui Traoré, qui a argué ne pas avoir reçu les éléments suffisamment en amont. Bagui Traoré et son complice présumé ont refusé d’être extraits de la prison dans laquelle ils sont détenus. Le 25 avril, ils seront transférés « de gré ou de force », a prévenu la présidente du tribunal, affirmant qu’il n’y aurait « aucun autre renvoi » de l’audience.

Mais la famille Traoré s’estime victime d’un « acharnement » de la part de la justice du Val-d’Oise en raison de son combat pour faire la lumière sur la mort d’Adama, le 19 juillet 2016. Le 24 avril, la veille du procès de Bagui le 25 avril, Yacouba Traoré doit comparaître à Pontoise pour « violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique ». Il lui est reproché d’avoir agressé dans la soirée du 19 juillet 2016 des gendarmes de la brigade de Persan (commune voisine de Beaumont), où Adama était décédé quelques heures plus tôt. Le 17 avril, un autre frère Traoré, Cheikné, doit, lui, être jugé pour outrage envers la maire de Beaumont-sur-Oise.

La famille s’estime victime d’un « acharnement »

Le 19 juillet 2016, leur frère, Adama Traoré, 24 ans, avait pris la fuite devant les gendarmes qui cherchaient à arrêter son frère Bagui pour les faits d’extorsion cités ci-dessus. Rattrapé dans un appartement où il s’était caché, il était décédé peu après, dans des circonstances qu’une enquête instruite à Paris est chargée d’éclaircir.