Lorraine: Soupçonné d'une nouvelle agression sexuelle, le violeur de baby-sitters se suicide en prison

FAITS DIVERS De retour en prison après avoir tenté de récidiver quelques semaines seulement après sa libération conditionnelle, un homme déjà condamné pour viol et tentative de viol a mis fin à ses jours à la prison de Fresnes…

B.P.

— 

Corbas, le 29 novembre 2017
L'administration pénitentiaire lance une vaste campagne de recrutement de surveillants de prison.
Corbas, le 29 novembre 2017 L'administration pénitentiaire lance une vaste campagne de recrutement de surveillants de prison. —

L’Alsacien ne sera pas jugé de nouveau. Déjà condamné à 15 ans de réclusion pour viol et tentative de viol sur des baby-sitters, l’homme, de retour en prison après avoir essayé de récidiver en début d’année, a mis fin à ses jours à la maison d’arrêt de Fresnes (Val-de-Marne) le 10 mars, selon une information du journal Le Parisien ce mercredi.

>> A lire aussi : Le violeur de baby-sitters à peine libéré soupçonné d’une agression sexuelle sur une jeune femme

Une récidive quelques semaines après sa libération conditionnelle

Transféré dans cet établissement du sud de Paris pour des problèmes de santé, il était soupçonné d’avoir agressé fin janvier une femme de 20 ans en se faisant passer pour un policier dans un appartement de Nancy, où il était placé en liberté conditionnelle (avec des horaires stricts à respecter) depuis peu de temps, d'après L'Est Républicain.

En 2011, le tribunal de Strasbourg l’avait condamné pour des faits commis en 2009 sur des femmes de 18 et 19 ans. Toujours selon nos confrères du quotidien régional, les étudiantes avaient été piégées par une annonce de l’homme se faisant passer pour le père d’un enfant de cinq ans à garder, avant de passer à l’acte.