Meurtre de Sophie Lionnet: «Il m’a dit qu’il allait faire un barbecue»

PROCES Au troisième jour du procès de Sabrina Kouider et d’Ouissem Medouni, l’accusation est revenue sur la façon dont le couple a tenté de faire disparaître le corps de la jeune fille au pair…

Thibaut Chevillard

— 

Le corps calciné de Sophie Lionnet a été retrouvé dans le jardin de ses employeurs
Le corps calciné de Sophie Lionnet a été retrouvé dans le jardin de ses employeurs — MacDiarmid/Shutterstock/SIPA
  • Le corps de Sophie Lionnet, 21 ans, a été retrouvé en septembre dernier dans le jardin de ses employeurs, à Londres, au Royaume-Uni.
  • Le procès de Sabrina Kouider, 35 ans, et Ouissem Medouni, 40 ans, s’est ouvert ce lundi au tribunal de l’Old Bailey.
  • Ils plaident non coupable pour le chef d’accusation de meurtre. Ouissem Medouni plaide, lui, coupable pour entrave au fonctionnement de la justice.

De notre envoyé spécial à Londres (Grande-Bretagne),

Pendant que le corps de Sophie Lionnet brûlait, Ouissem Medouni faisait griller du poulet sur son barbecue. Le 20 septembre dernier, il n’avait pas spécialement faim. En faisant cuire de la volaille dans son jardin, il espérait surtout masquer l’odeur nauséabonde que dégageait le brasier allumé juste à côté du barbecue. Mais des voisins, intrigués par l’étrange panache de fumée qui jaillissait depuis plusieurs heures du  164, Wimbledon park avenue, ont prévenu les secours, mettant fin à cette opération destinée à faire disparaître le corps de la jeune fille au pair qu’il est soupçonné d’avoir tué la veille.

Les pompiers qui sont intervenus le 20 septembre dernier ont témoigné ce mercredi, au tribunal de l’Old Bailey, à Londres, où Ouissem Medouni, 40 ans, comparait depuis lundi pour le meurtre de Sophie aux côtés de Sabrina Kouider, 35 ans. Dans le coin des témoins, vêtu de son uniforme, Thomas Hunt raconte que lorsqu’il rentre dans le jardin, vers 18h20, il pense immédiatement qu’il s’agit d’un « endroit très étrange pour un feu parti spontanément ». Il est aussi très intrigué par la présence de ce brasier à quelques mètres seulement de la maison du couple. Si près que les flammes ont commencé à s’attaquer aux portes en plastique de la maison.

>> A lire aussi : VIDEO. Meurtre de Sophie Lionnet: La jeune fille au pair a vécu un enfer avant de mourir

« C’est un mouton ! »

Les soldats du feu veulent l’éteindre mais Ouissem Medouni proteste, leur répond qu’il le fera. Ils insistent, c’est leur responsabilité de le faire. L’opération ne dure que quelques minutes. Soudain, Thomas Hunt voit apparaître, au milieu des cendres, une main puis un nez. « Il n’y avait pas de doute, c’était un corps. » Il remarque aussi des vêtements et des bijoux. Il demande alors à Ouissem Medouni pourquoi il brûle un corps. « C’est un mouton ! » répond ce dernier qui paraît « calme » et « résigné ». Il l’a acheté, précise-t-il, dans une ferme pour 150 livres.

>> A lire aussi : VIDEO. Meurtre de Sophie Lionnet: Sabrina Kouider, une accusée manipulatrice et obsédée par son ex-compagnon

Pendant que Ouissem Medouni tentait de faire disparaître le corps de la nanny, embauchée au début de l’année 2016, Sabrina Kouider est partie chercher ses enfants à l’école, à un horaire inhabituellement tôt. Au lieu de les ramener à la maison, elle les emmène faire du trampoline à Wandsworth, dans la banlieue sud de Londres. Elle est de retour vers 19h30. Comme elle n’est pas autorisée par les policiers à rentrer dans la maison, elle se rend chez une voisine. « Elle était nerveuse », et fumait une cigarette alors qu’elle disait avoir arrêté, confie cette habitante de Southfields à la cour.

« Elle est partie, il y a deux jours »

Puis, une policière vient pour l’interroger chez cette voisine, équipée d’une caméra. Les images, projetées ce mercredi, montrent celle qui se présente comme styliste assise à une table, confirmer qu’elle habite la maison d’à côté avec Ouissem Medouni et ses deux enfants. Elle dit ne pas comprendre ce qui se passe. L’agent enchaîne :

- Avez-vous une nanny ?
- Oui, mais elle est partie, il y a deux jours…
- Comment s’appelle-t-elle ?
- Sophie Lionnet.
- Où vit-elle ?
- En France.

La policière lui demande si elle sait où elle se trouve ou comment la joindre. Elle lui répond que Sophie a pris la fuite car elle l’avait menacé de la dénoncer aux autorités à cause de ce qu'elle avait fait avec Mark Walton.

Depuis qu’ils ont rompu, en 2013, Sabrina Kouider est obsédée par son ex-compagnon qui, selon elle, serait un pédophile qui la persécute. Son employée, raconte-elle à l’agent, a été payée 18.000 £ [20.600 euros] par lui pour qu’il ait accès à sa maison. Le chanteur de Boyzone serait ensuite venu une nuit avec d’autres personnes pour faire du mal à Sabrina Kouider et à sa famille qui auraient été drogués par Sophie.

Sophie a été tuée, affirme l’accusation, après avoir subi des dizaines de simulacres d’interrogatoires destinés à lui faire avouer ses liens avec Mark Walton. Sans doute lors d’une ultime séance de torture, dans la baignoire familiale.

>> A lire aussi : VIDEO. Fille au pair tuée à Londres: «Que justice soit faite», demande la mère de Sophie Lionnet à l’ouverture du procès 

« Il m’a dit qu’il voulait brûler des choses »

A 22h25, Sabrina Kouider est arrêtée, suspectée par la police du meurtre de Sophie. « Je n’ai pas fait ça. Il [Ouissem Medouni] m’a dit qu’il voulait brûler des choses. J’étais dans la maison mais je n’étais pas là. Je ne savais pas ce qui allait se passer », clame-t-elle alors. « Il m’a dit qu’il allait faire un barbecue. Je n’ai rien fait de mal. » Le procès, prévu jusqu’au 11 mai, doit s’intéresser ce jeudi au passé du couple.