VIDEO. Meurtre de Sophie Lionnet: Sabrina Kouider, une accusée manipulatrice et obsédée par son ex-compagnon

PROCES Au premier jour du procès du couple suspecté du meurtre de Sophie Lionnet, la jeune fille au pair tuée à Londres, l’accusation a dressé le portrait de Sabrina Kouider, une femme autoritaire, obsédée par son ex, le chanteur du groupe Boyzone…

Thibaut Chevillard

— 

Des jeunes filles au pair déposent des fleurs devant la maison où le corps de Sophie Lionnet a été retrouvé.
Des jeunes filles au pair déposent des fleurs devant la maison où le corps de Sophie Lionnet a été retrouvé. — NIKLAS HALLE'N / AFP
  • Le corps de Sophie Lionnet, 21 ans, a été retrouvé en septembre dernier dans le jardin de ses employeurs, à Londres, au Royaume-Uni.
  • Le procès de Sabrina Kouider, 35 ans, et Ouissem Medouni, 40 ans, s’est ouvert ce lundi au tribunal de l’Old Bailey.
  • Ils plaident non coupable pour le chef d’accusation de meurtre. Ouissem Medouni plaide lui, coupable, pour entrave au fonctionnement de la justice.

De notre envoyé spécial à Londres (Grande-Bretagne),

Habillée d’un tailleur noir, les cheveux attachés, Sabrina Kouider, 35 ans, écoute attentivement. Ce lundi après-midi, le représentant de l’accusation dresse, au premier jour de son procès, un impitoyable portrait. Le sien. Celui d’une femme autoritaire, manipulatrice, qui s’est acharnée sur Sophie Lionnet au point de commettre, dit-il, le pire.

Il raconte aux douze jurés comment après avoir été embauchée comme fille au pair, au début de l’année 2016, la jeune Troyenne a commencé à faire l’objet de graves accusations, d’intimidations et de violences physiques de la part de sa patronne et de son compagnon, Ouissem Medouni. Elle reprochait en particulier à Sophie d’avoir été en contact avec le père d’un de ses enfants sur lequel elle fait une fixation depuis leur séparation. Ce qui était faux.

>> A lire aussi : Fille au pair tuée à Londres: Le procès du couple de Français soupçonné du meurtre de Sophie Lionnet s'ouvre ce lundi

Il y a quelques années, Sabrina Kouider a vécu une brève histoire d’amour avec Mark Walton, l’ex-chanteur de Boyzone, un groupe qui a eu son heure de gloire dans les années 1990. Mais celle qui se présente comme styliste n’a pas supporté la fin de leur relation, en 2013. Elle a développé « une forme d’obsession » à son égard et a commencé à le prendre pour cible, poursuit l’avocat qui soutient l’accusation lors du procès [également appelé en droit britannique « prosecutor »], Richard Horwell.

En 2014, Sabrina Kouider l’a dénoncé une vingtaine de fois aux services sociaux et à la police, affirmant qu’il avait abusé sexuellement d’un membre de sa famille. Des investigations ont été menées, mais il n’y a pas eu de poursuites. Elle avait aussi ouvert, en 2015, un compte Facebook sous un faux nom pour accuser l’artiste, qui vit aux Etats-Unis, de pédophilie. Après avoir été entendue par les policiers, elle a fini par reconnaître la diffamation.

Une jeune fille timide et réservée

En 2016, pour une raison encore inconnue, elle intègre Sophie à son délire concernant Mark Walton. Sabrina Kouider avait embauché la jeune fille au début de l’année. Elle l’avait rencontrée en 2015 par l’intermédiaire de son frère qui vit à Paris qui connaissait l’une de ses connaissances. Après une période d’essai de quinze jours effectuée durant l’été, Sophie quitte Sens (Yonne) et déménage définitivement à Londres, quelques jours après son vingtième anniversaire.

Nouveau pays, nouvelle vie… Au début, Sophie, titulaire du CAP petite enfance, est heureuse de partager la vie du couple dans leur maison cossue de Wimbledon, au sud de Londres. Mais très vite, sa situation va se dégrader. On commence par l’accuser du vol d’un diamant. Puis, d’avoir élaboré avec Mark Walton un projet criminel contre la famille de Sabrina Kouider.

>> A lire aussi : Jeune fille au pair tuée à Londres: La meurtrière présumée garde le silence devant la justice

Par la suite, Sabrina Kouider va même affirmer à une proche que Sophie a violé un membre de sa famille. Mais étrangement, malgré la gravité de ces accusations, elle ne se sépare pas d’elle. La jeune fille est timide, réservée, «naïve»​. Tout le contraire de sa patronne qui la maintient sous son emprise. « Terrifiée », elle devient au fil du temps la « prisonnière » du couple. Elle dormait dans la chambre des enfants, sur un lit superposé, était battue régulièrement et sous-alimentée, selon des témoins.

Elle aimerait pouvoir rentrer en France, mais on l’en empêche. Ses papiers d’identité ont sans doute été confisqués. La police ne les a, en tout cas, jamais retrouvés. Par ailleurs, elle ne gagne pas assez d’argent pour s’acheter un billet. Par la suite, elle est même interrogée, plus ou moins brutalement, comme si c’était une espionne. On veut lui faire avouer « des choses qu’elle n’a jamais commises » ou qui concernent Mark Walton, une fois de plus.

Le corps calciné de Sophie Lionnet a été retrouvé dans le jardin de ses employeurs, dont le procès commence ce lundi
Le corps calciné de Sophie Lionnet a été retrouvé dans le jardin de ses employeurs, dont le procès commence ce lundi - MacDiarmid/Shutterstock/SIPA

Un procès d’au moins six semaines

Une vingtaine de ces interrogatoires ont même été enregistrés à la fin de l’été 2017 par les accusés eux-mêmes. Ils témoignent du fait que Sophie a été « maltraitée et intimidée » par Sabrina Kouider et Ouissem Medouni. Mais à quoi devaient servir ces bandes ? A faire chanter Mark Walton ? Ou simplement à humilier Sophie ? L’accusation est persuadée qu’ils l’ont ensuite tuée, avant d’essayer de faire disparaître son corps en le brûlant, en septembre dernier. Ce qu’ils nient en partie.

Le couple, indique Richard Horwell, avait un plan. Si on les avait interrogés, ils auraient expliqué que Sophie ne travaillait plus pour eux et que, selon ce qu’ils avaient compris, elle était repartie en France. Mais leur projet a été mis à mal par l’intervention des pompiers, prévenus par les voisins indisposés par la fumée qui jaillissait de leur jardin et qui ont découvert le corps au milieu du braiser. Ils ont été arrêtés dans la foulée et inculpés du meurtre de Sophie.

>> A lire aussi : Fille au pair tuée à Londres: Les meurtriers présumés de Sophie Lionnet avouent «avoir tenté de faire disparaître son corps»

Les experts de Scotland Yard n’ont pas réussi à déterminer comment Sophie avait été tuée. Ils ont en revanche relevé sur ses restes une fracture du sternum, de la mâchoire ainsi que quatre côtes cassées. L’avocat de l’accusation donnera mardi, davantage de détails sur la façon dont le couple a essayé, selon lui, de se débarrasser du corps de la jeune femme. Les enregistrements des interrogatoires que Sophie a subis seront diffusés ensuite. Le procès doit durer au moins six semaines. Sabrina Kouider et Ouissem Medouni encourent la réclusion criminelle à perpétuité.