Un Azuréen de 35 ans abattu par un gendarme en Guadeloupe

FAITS DIVERS L'homme, condamné pour la dernière fois à Nice, se trouvait à bord d'une voiture qui pourrait être impliquée dans une série de cambriolages et vols avec violence...

20 Minutes avec AFP

— 

L'enquête, confiée à la section de recherche de la gendarmerie, devra déterminer s'il y a eu légitime défense. (Photo d'illustration)
L'enquête, confiée à la section de recherche de la gendarmerie, devra déterminer s'il y a eu légitime défense. (Photo d'illustration) — F. Lodi / Sipa

Un homme tué par balle dimanche soir à Baie-Mahault (centre de la Guadeloupe) lors d'une intervention de gendarmerie avait été plusieurs fois condamné dans le sud de la France.

L'homme, âgé de 35 ans, avait été condamné «huit fois à des peines de prison ferme ou du sursis, notamment pour des affaires de stupéfiants, vol, recel, dans le sud» de la France, a indiqué à l'AFP Xavier Bonhomme, procureur de la République de Pointe-à-Pitre.

Arrivé récemment en Guadeloupe

Le trentenaire avait été condamné pour la dernière fois «à Nice en mars 2016», et se trouvait par conséquent en Guadeloupe «depuis pas très longtemps» selon la même source.

Le gendarme, qui aurait tiré le ou les coups de feu mortels lors d'une intervention, a été brièvement placé en garde à vue et relâché lundi matin.

Voiture suspecte

Selon les premiers éléments, les gendarmes sont intervenus dimanche soir en voiture banalisée après avoir été alertés par un témoin de la présence d'une voiture suspecte, selon M. Bonhomme.

Cette voiture correspondait au signalement d'un véhicule portant une fausse plaque d'immatriculation, qui pourrait être impliquée depuis deux ou trois semaines dans une «série de cambriolages et vols avec violence entre Baie-Mahault et Sainte-Rose», a précisé le procureur.

Le gendarme tire à sept reprises

Les gendarmes «sortent du véhicule pour un contrôle et le gars fonce», a relaté le procureur, sur la base des premières déclarations. L'un des gendarmes «tire à 7 reprises sur le véhicule et touche mortellement le conducteur qui décédera très vite». Selon les premières constatations, l'homme a été touché par «une à trois balles».

Une enquête de flagrance a été ouverte pour homicide volontaire concernant le gendarme et tentative d'homicide sur les gendarmes pour la personne décédée. Il s'agira de déterminer s'il y avait légitime défense ou non, et si l'homme décédé se trouvait effectivement seul. Dans ce cas, la deuxième procédure s'arrêterait. Selon Nice-Matin, la thèse de la légitime défense semble être retenue.

La section de recherche de la gendarmerie locale a été saisie de l'enquête.