Attaques à Paris: Un informateur d'Abaaoud, cerveau présumé des attentats, détenu en Pologne

JUSTICE « Des dossiers photos et des instructions sur la mise au point d’engins explosifs (…) ainsi que des photos d’objets sur lesquels les explosifs devaient être utilisés », ont été découverts sur son téléphone…

20 Minutes avec AFP

— 

Photo non datée d'Abdelhamid Abaaoud.
Photo non datée d'Abdelhamid Abaaoud. — DABIQ

Son interpellation remonte à septembre 2016. Le parquet national polonais a annoncé ce mercredi que Mourad T., un Marocain de 27 ans impliqué dans les attentats du 13-Novembre, était détenu en Pologne.

« Au cours de l’enquête, on a constaté que l’accusé Mourad T. a participé, de décembre 2014 à septembre 2016, à un groupe de crime organisé à caractère armé - une organisation terroriste internationale appelée Daesh », a écrit le parquet. Selon les médias polonais, Mourad T. a été interpellé il y a dix-huit mois.

« Des dossiers » découverts sur son téléphone

« L’enquête a permis aussi d’établir que le suspect, Mourad T., était un collaborateur d’Abdelhamid Abaaoud, recruteur au sein de Daesh », explique le parquet polonais. « Des dossiers photos, et des instructions sur la mise au point d’engins explosifs (…) ainsi que des photos d’objets sur lesquels les explosifs devaient être utilisés, ont été découverts sur son téléphone », a également indiqué le parquet.

Mourad T. a notamment participé à une rencontre avec Abaaoud fin 2014 à Edirne en Turquie, à laquelle ont participé notamment Soufiane Amghar et Khalid Ben Larbi, « deux terroristes tués le 15 janvier 2015 à Verviers en Belgique ». L’accusé, qui se faisait passer pour mineur syrien et utilisait de nombreuses fausses identités, a séjourné dans plusieurs pays de l’Union européenne, tels que l’Autriche, la Grèce, la Hongrie, mais aussi en Serbie et en Turquie, a indiqué le parquet.

>> A lire aussi : Un nouveau suspect lié à Abaaoud réclamé par la justice française

L’acte d’accusation contre Mourad T. a été transmis au tribunal régional de Katowice (sud). Il risque une peine allant de six mois à huit ans de prison. Il s’agit du premier cas de poursuites contre un important membre de Daesh en Pologne.