Affaire Maëlys: Pourquoi l'enquête devrait sérieusement avancer dans les prochains jours

ENQUETE Les analyses de police scientifique, en lien avec le travail des enquêteurs, mais aussi l’hospitalisation de Nordahl Lelandais laissent espérer d’autres avancées dans l’enquête…

G.V.

— 

Les enquêteurs de l'IRCGN sont parvenus à trouver une trace de sang appartenant à Maëlys dans le coffre de Nordahl Lelandais (illustration)
Les enquêteurs de l'IRCGN sont parvenus à trouver une trace de sang appartenant à Maëlys dans le coffre de Nordahl Lelandais (illustration) — MARTIN BUREAU / AFP

Même si de nombreuses inconnues dans l’enquête sur le meurtre de Maëlys subsistent, les choses pourraient significativement avancer dans les prochains jours, voire les prochaines semaines.

>> A lire aussi : Affaire Maëlys. Nordahl Lelandais hospitalisé deux jours après ses aveux

Nordahl Lelandais, qui devrait être entendu devant les trois juges d’instruction de Grenoble jeudi, est actuellement placé à l’hôpital du Vinatier dans une unité qui gère les « souffrances psychologiques sévères » des détenus. Il aurait accepté de se libérer de ses mensonges pour la première fois selon le quotidien Le Parisien, qui ajoute également que Nordahl Lelandais serait « en pleine décompensation » après ses aveux, selon une source syndicale pénitentiaire.

Éviter tout suicide

Au vu de son état, il fait l’objet d’une surveillance accrue, voire permanente, de la part des soignants, précisent nos confrères. La justice veut éviter toute tentative de suicide du principal suspect de l’affaire Maëlys, mais aussi de l’assassinat du caporal Arthur Noyer en avril 2017.

>> A lire aussi : VIDEO. Affaire Maëlys. De nombreuses questions toujours sans réponses après ce tragique dénouement

Autre source « d’espoir », une interview accordée au Dauphiné libéré par le lieutenant-colonel Didier Plunian, commandant de la section de recherches de Grenoble. Ce dernier indique que les analyses de police scientifique, en lien avec le travail d’enquête, laissent espérer d’autres avancées.

Les experts de l’IRCGN, désormais en possession de tous les éléments matériels ont l’intention d’aboutir à un certain nombre d’enseignements dans un délai de trois à cinq semaines, espère le militaire. D’autre part, précisent nos confrères du Dauphiné, les enquêteurs vont rapidement retourner sur les deux sites qui ont été explorés cette semaine, la fonte de la neige aidant.