VIDEO. Affaire Maëlys: De nombreuses questions toujours sans réponse après ce tragique dénouement

ENQUETE Après les aveux partiels de Nordahl Lelandais, de très nombreux éléments restent à éclaircir dans cette enquête…

Elisa Frisullo

— 

Le 15 février 2018, à Pont-de-Beauvoisin, en Isère, devant la salle des fêtes où avait disparu Maëlys dans la nuit du 26 au 27 août 2017.
Le 15 février 2018, à Pont-de-Beauvoisin, en Isère, devant la salle des fêtes où avait disparu Maëlys dans la nuit du 26 au 27 août 2017. — E. Frisullo / 20 Minutes
  • Nordahl Lelandais a avoué avoir tué « involontairement » Maëlys dans la nuit du 26 au 27 août 2017.
  • La quasi-totalité des ossements de la petite fille ont été retrouvés cette semaine sur ses indications.
  • Causes de la mort, transport du corps, enlèvement… Beaucoup de questions restent à éclaircir dans cette affaire.

Dans l’enquête sur la disparition et la mort de Maëlys, une étape cruciale a été franchie cette semaine. Mais après les aveux partiels de Nordahl Lelandais et la découverte de la quasi-totalité des ossements de Maëlys, de nombreuses questions restent sans réponse.

Comment Nordahl Lelandais a-t-il tué la fillette ?

Il a nié toute implication dans l’affaire pendant cinq mois et demi avant de se décider finalement à parler, grandement poussé sans doute par la découverte d’une tache de sang dans le coffre de son Audi A3. Mais si Nordahl Lelandais a avoué avoir tué « involontairement » l’enfant, lors de cette nuit du 26 au 27 août 2017, il s’est gardé de dire dans quelles circonstances. Mercredi, lors de sa brève audition, il a indiqué aux juges qu’il souhaitait que le corps de Maëlys soit retrouvé et qu’ensuite, il s’expliquerait, avait indiqué le 14 février le procureur de la République de Grenoble Jean-Yves Coquillat. L’examen des restes de Maëlys, retrouvés cette semaine dans un petit ravin, dans un secteur escarpé et très isolé du massif de la Chartreuse, sera essentiel. Les experts de l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) vont examiner l’ensemble des ossements et « regarder s’il y a des traces de contusions particulières, de coupures qui pourraient signifier une blessure au couteau ou avec une arme », avait confié à 20 Minutes jeudi le colonel Patrick Touron, patron de ces scientifiques. La découverte d’une trace de sang dans le coffre de voiture de l’ancien militaire, pourtant scrupuleusement lavé avec du produit pour jantes, très efficace pour tromper les chiens policiers, pourrait signifier que la fillette a perdu beaucoup de sang.

Pourquoi l’a-t-il enlevée ?

C’est aussi l’une des questions auxquelles l’ancien maître-chien sera confronté. Sa version, expliquant avoir tué de manière accidentelle l’enfant pourrait être mise à mal par le fait qu’il a emmené l’enfant en pleine nuit dans sa voiture la nuit du mariage. Pour quelles raisons ? Comment cela s’est-il passé pour qu’aucun invité de la soirée ne l’aperçoive ? En attendant que l’ancien militaire livre sa version des faits, la chronologie de sa soirée présentée le 30 novembre par le parquet de Grenoble, démontre, à la lumière des images de la vidéosurveillance, que quelques minutes après avoir été vue pour la dernière fois à la fête, Maëlys se trouvait dans la voiture de Nordahl Lelandais. Elle était assise sur le siège passager avant.

>> A lire aussi : VIDEO. Affaire Maëlys, «cette pauvre petite va enfin pouvoir reposer en paix»

Comment s’est-il débarrassé du corps ?

Là encore, le trentenaire n’a fourni aucune explication. Il a indiqué mercredi aux juges d’instruction qu’après avoir tué la petite involontairement, il a déposé son corps sur un terrain proche du domicile de ses parents à Domessin, où il vivait alors. Il est retourné au mariage puis est revenu chez lui et a mis le corps de la petite dans le coffre de sa voiture. En cette nuit estivale, il a ensuite pris la direction du massif de la Chartreuse, tout près, puis a laissé le corps de la fillette dans une zone boisée, escarpée. Un lieu qu’il connaissait ? Il n’en a rien dit. Dans ce secteur isolé, il a alors « abandonné, pas enterré » le cadavre de Maëlys, selon son avocat Alain Jakubowicz. Comment a-t-il transporté le corps ? Était-il emballé pour être mieux caché ? Aucun élément ne permet pour l’heure de le dire. Avec les ossements, seules la robe blanche de fête de la petite fille et l’une de ses chaussures ont été retrouvées.

>> A lire aussi : «Nous avons relevé plus d’une centaine de traces, dont cette marque de sang»

Nordahl Lelandais va-t-il continuer de parler aux juges ?

Son avocat en semble convaincu. « Il aura à répondre à de nombreuses questions. J’ai la conviction qu’il y contribuera pleinement », a déclaré au soir des aveux partiels de l’ancien militaire, son avocat Alain Jakubowicz. Selon le parquet de Grenoble, le meurtrier présumé devrait être de nouveau entendu prochainement par les juges d’instruction. Une reconstitution devrait également avoir lieu pour préciser le déroulement de cette nuit tragique. Face à un suspect qui a menti pendant près de six mois avec un immense sang froid, quand de multiples éléments l’accablaient, il est difficile de savoir aujourd’hui si Nordahl Lelandais continuera de coopérer. Et quelle vérité il compte livrer à la justice.

>> A lire aussi : L'ombre de l'ancien militaire plane sur plusieurs disparitions, sa vie décortiquée par les enquêteurs

L’ancien militaire est-il impliqué dans d’autres disparitions ?

Nordahl Lelandais est mis en examen pour assassinat dans l’affaire de disparition du caporal Arthur Noyer. Les ossements du militaire de 23 ans ont également été retrouvés en Savoie. Nordahl Lelandais a jusqu’alors nié son implication dans cette affaire. Ses aveux dans l’affaire Maëlys vont-ils changer la donne ? Des liens vont-ils être faits entre lui et d’autres affaires de disparitions survenues dans la région ? « On le traite comme un serial killer sans l’ombre d’un commencement de preuve, et je n’oublie pas qu’il y a un autre dossier. Et là aussi il devra s’expliquer », a déclaré mercredi soir son avocat, en référence à l’affaire Noyer. Une seule certitude, donc, à ce jour : Nordahl Lelandais, qui encourt la réclusion à perpétuité dans l’affaire Maëlys, n’en a pas fini avec les auditions et les interrogatoires.