Pas-de-Calais: Un pompier volontaire est soupçonné des 17 départs de feu de l'hôpital de Berck

INCENDIE Vendredi, dix-sept incendies criminels se sont déclarés dans plusieurs bâtiments de l’institut Calot à Berck, dans le Pas-de-Calais…

Floréal Hernandez

— 

Un véhicule des pompiers. (Illustration)
Un véhicule des pompiers. (Illustration) — LOIC VENANCE / AFP

Sur les deux hommes interpellés après le départ de dix-sept feux à l'hôpital de Berck (Pas-de-Calais), vendredi, un a été libéré et mis hors de cause, ce samedi. Le deuxième, un pompier volontaire de 29 ans, a vu sa garde à vue prolongée de 24 heures, révèle La Voix du Nord.

>> A lire aussi: Deux personnes en garde à vue après 17 départs de feux volontaires dans un hôpital de Berck

« Il aura vocation à être présenté dimanche après-midi à un juge d’instruction dans le cadre d’une information judiciaire que je requerrai », a déclaré le procureur adjoint de la République de Boulogne-sur-Mer, Philippe Sabatier.

Mis en examen, dimanche ?

Vendredi, des « mises à feu artisanales sur des couches, des matelas, des papiers » ont contraint à l’évacuation de 17 bâtiments et 119 personnes de l’institut Calot sans qu’il n’y ait de blessés. Ces départs de feu avaient été « circonscrites rapidement à chaque fois par les équipes de sécurité en lien avec les pompiers », a indiqué la préfecture du Pas-de-Calais.

Le suspect nie les faits pour lesquels il est en garde à vue. Dimanche, il devrait être mis en examen pour destruction volontaire par incendie, annonce La Voix du Nord.