Toulouse: Huit personnes en garde à vue dans l'enquête sur le tueur à la burqa du Mirail

JUSTICE Huit personnes sont en garde à vue à Toulouse (Haute-Garonne), dans l’enquête sur la fusillade du Mirail qui a fait un mort et sept blessés en juillet 2017. Déguisé en femme, le tueur avait sorti sa Kalachnikov d’une poussette d’enfant…

H.M. avec AFP

— 

Des enquêteurs de la police judiciaire. Illustration.
Des enquêteurs de la police judiciaire. Illustration. — N. Pastor - Sipa

L’enquête sur le tueur à la burqa du Mirail vient de franchir un cap. Neuf personnes ont été interpellées mardi et huit sont toujours en garde à vue dans le cadre de cette fusillade qui a fait un mort et sept blessés le 3 juillet 2017 à Toulouse (Haute-Garonne).

>> A lire aussi : VIDEO. Fusillade de Toulouse: Un tueur déguisé en femme qui cachait l'arme dans sa poussette

Ce que les enquêteurs considèrent comme un règlement de comptes a eu lieu en début de soirée dans le quartier de la Reynerie, alors que de nombreux habitants prenaient l’air. L’affaire a marqué en raison du mode opératoire singulier : le tireur principal s’est présenté déguisé en femme. Il était dissimulé sous une burka et a sorti sa Kalachnikov d’une poussette d’enfants.

Interpellation près de Toulouse et Lyon

Le tueur visait Djamel Tarhi, un père de famille de 27 ans, connu des services de police. Il a été abattu de plusieurs balles après avoir tenté de fuir. Parmi les sept blessés de cette scène de guerre en pleine rue, un sexagénaire, totalement étranger à l’affaire, est toujours paralysé.

La victime de 27 ans a été abattue devant le centre social, sur la place Abbal
La victime de 27 ans a été abattue devant le centre social, sur la place Abbal - H. Menal - 20 Minutes

Les interpellations, menées par les enquêteurs du SRPJ de Toulouse, ont eu lieu dans la Région toulousaine mais aussi du côté de Lyon. Selon La Dépêche du Midi, les gardés à vue, soupçonnés d’assassinat et de tentatives d’homicides volontaires, se montrent peu bavards. Ils pourraient être présentés à un magistrat ce vendredi.