Orne: Un détenu attaque un surveillant à la gorge avec un stylo

PRISON L'agent pénitentiaire souffre notamment d’une fracture de la mâchoire après avoir été attaqué par un prisonnier armé d'un stylo…

20 Minutes avec agence

— 

Un couloir de prison. (Illustration)
Un couloir de prison. (Illustration) — G. VARELA / 20 MINUTES

Un prisonnier, placé en cellule disciplinaire pour une précédente agression, a attaqué un surveillant dans le centre pénitentiaire d’Alençon-Condé ( Orne) mercredi 7 février.

>> A lire aussi : Rouen: Un détenu profite d'une pause cigarette pour s'évader par la porte principale de la prison

Le détenu a frappé la victime au visage et au cou à l’aide d’un stylo, relate Normandie Actu.

Sept jours d’ITT

Le surveillant distribuait alors des produits de cantine aux détenus. L’agresseur a refusé de signer le bon de livraison et s’est servi du stylo que lui tendait le gardien pour lui asséner de violents coups à la gorge et au visage.

>> A lire aussi : Landes: Deux ans ferme pour le détenu qui avait agressé sept surveillants

Transféré aux urgences du centre hospitalier d’Alençon, le surveillant souffre d’une fracture de la mâchoire, d’hématomes multiples et de contusions au niveau de la trachée et de la gorge. Sept jours d’ITT lui ont été prescrits. « C’est grâce au professionnalisme des collègues que le détenu a été maîtrisé, évitant ainsi un drame irréparable », signale le syndicat Force Ouvrière (FO) Pénitentiaire.

« Tentative d’assassinat » pour FO

Dans un communiqué intitulé « Nouvelle tentative d’assassinat », le syndicat affirme que le détenu avait déjà déclaré « vouloir tuer un surveillant ». L’homme finissait de purger sa peine. « C’est une tentative d’agression […] il y a quelques jours qui l’a conduit en cellule disciplinaire » selon FO qui « condamne cette lâche agression et demande une prise en charge réelle du collègue victime ».

Cette agression intervient une dizaine de jours après la fin du blocage du centre pénitentiaire d’Alençon-Condé. Le mouvement avait duré dix jours, et avait démarré après l’agression par un détenu d’un surveillant du centre pénitentiaire de Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais).