Marseille: Des femmes de ménage dérobent pour 100.000 euros de vêtements à H&M

LARCIN Quatre femmes de ménages ont été interpellées pour des vols dans un magasin H&M de Marseille…

A.M.

— 

Le groupe d'habillement suédois Hennes and Mauritz (H et M) va se lancer en 2007 sur le marché chinois en ouvrant deux premiers magasins à Shanghai et Hong Kong, a-t-il annoncé mercredi dans un communiqué.
Le groupe d'habillement suédois Hennes and Mauritz (H et M) va se lancer en 2007 sur le marché chinois en ouvrant deux premiers magasins à Shanghai et Hong Kong, a-t-il annoncé mercredi dans un communiqué. — Sven Nackstrand AFP/Archives

Il y a maintenant deux ans, la direction du magasin H & M de Grand Littoral à Marseille remarque des trous dans ses stocks, rapporte La Provence. Afin de déterminer l’origine de ces pertes, ils surveillent les clients à l’aide de caméras, sans succès. Ils s’intéressent ensuite aux vendeurs, mais se rendent compte que ça ne vient pas d’eux. Dernière hypothèse, les femmes de ménage.

>> A lire aussi : Marseille: Un sans-papiers grièvement blessé après avoir sauté du commissariat

100.000 euros de préjudice depuis 2016

Le 12 janvier dernier, un vigile surprend trois de ces femmes en train de commettre un larcin. Une plainte est déposée et la division Nord est chargée de l’enquête. Au cours de leurs vérifications, ils parviennent à déterminer qu’il s’agit en réalité d’un groupe de quatre femmes. Deux des quatre protagonistes, âgées de 32 à 37 ans, ont avoué avoir dérobé vêtements, sous vêtements et autres produits de beauté depuis février 2016 à raison de trois ou quatre vols par semaine. Pour un préjudice de près de 100.000 euros !

« Elles se servaient discrètement dans les rayons, puis dissimulaient les produits dans leurs chiffons, et en faisant semblant de nettoyer les caisses, elles en profitaient pour faire sauter l’antivol », a expliqué un enquêteur au quotidien provençal. Des produits H & M ont été retrouvés au domicile des suspectes, qui ont expliqué être dans le besoin. Elles ont été relâchées mais devront prochainement comparaître devant le tribunal correctionnel de Marseille.