VIDEO. Que sait-on du crash mortel de deux hélicoptères militaires dans le Var?

ACCIDENT Une collision entre deux hélicoptères d'une école militaire a fait cinq morts, les cinq passagers... 

M.C. avec AFP

— 

Un crash mortel entre deux hélicoptères s'est produit dans le Var.

Un crash mortel entre deux hélicoptères s'est produit dans le Var. — A.-C. Poujoulat / AFP

  • Deux hélicoptères se sont crashés dans le Var.
  • Il y a au moins cinq morts.
  • Les victimes, des officiers, réalisaient un vol d'entraînement.

Au moins cinq morts. C’est le bilan à la mi-journée d’un crash entre deux hélicoptères survenus dans le Var dans la matinée. Retour sur cet accident qui serait l’un des plus dramatiques pour ce type de catastrophe, alors que la ministre des Armées Florence Parly s'est rendu sur place en début d’après-midi.

>> A lire aussi : Au moins cinq morts dans deux crashs d'hélicoptères de l'armée

Que s’est-il passé ?

Ce vendredi, dans la matinée, deux hélicoptères se sont crashés sur la commune de Carcès, une petite commune du Var situé à soixante kilomètres de Saint-Tropez. Ils se sont écrasés au sud du lac de Carcès, sur sa rive. « Les deux hélicoptères se sont crashés assez loin du village, précise le préfet du Var Jean-Luc Videlaine.


L’un d’entre eux est disloqué et est tombé sur la route départementale. Le second, à 600 mètres, a brûlé au moment de la collision, a indiqué le procureur de la République de Marseille Xavier Tarabeux, en charge de l'enquête confiée à la section de recherches de la gendarmerie de l’air. Le magistrat a indiqué que les enquêteurs travaillaient pour le moment sur l'hypothèse d'une collision, compte tenu des premiers éléments analysés sur place. Selon le procureur, l'accident a été signalé entre 8 h 40 et 8 h 45, soit une dizaine de minutes seulement après le décollage. Xavier Tarabeux a « exclu » une collision dûe à un poteau électrique. 

Qui sont les victimes ?

Les victimes étaient toutes des officiers. Dans l’un des hélicoptères, les secours ont retrouvé trois corps. Une quatrième victime a été retrouvée dans l’autre hélicoptère, selon la préfecture du Var. Un cinquième corps était recherché sous la carlingue d’un appareil, selon les gendarmes.

Pourquoi ces hélicoptères survolaient-ils la région ?

Ces militaires réalisaient un vol d’entraînement dans la région du Luc-en-Provence, précise l’Elysée dans un communiqué. En effet, les hélicoptères, deux Gazelle, appartiennent à l'école d'aviation légère de l'Armée de terre (EALAT), dont une des bases est implantée au  Cannet des Maures. Cette école est une école de formation complémentaire, type formation continue, qui forme des pilotes à des techniques de combat, selon une source proche du ministère des Armées interrogée par 20 Minutes.

« Ces hélicoptères réalisent des exercices de formation encadrés que nous faisons régulièrement avec, à bord, des instructeurs, et des pilotes déjà confirmés », précise cette même source. Et d’ajouter : « Ces accidents sont extrêmement rares, en particulier sur des sites d’instruction. » Toutefois, Xavier Tarabeux a indiqué lors d'un point presse que cet accident ne s'était pas produit « dans la phase à proprement parler de l'exercice. » Il s’agirait d’un des plus graves accidents de la sorte depuis plusieurs années.