Arras: Une femme abattue de plusieurs balles dans le dos, son ex-compagnon en garde à vue

FAITS DIVERS Le suspect du meurtre devrait être mis en examen pour assassinat dès que son état de santé le permettra…

Gilles Durand

— 

La ville d'Arras.
La ville d'Arras. — Maps4news
  • Une femme, âgée de 46 ans, a été tuée d’une balle dans le dos.
  • Son ex-compagnon sera mis en examen pour assassinat.

On en sait un peu plus sur la mort par balles d'une femme de 46 ans, à Arras, ce jeudi matin. Vers 7h20, la police d’Arras était alertée d’un possible homicide. Des tirs par armes à feu avaient été entendus, dans la rue du Crinchon. « Arrivés sur place, les policiers maîtrisaient l’individu désigné comme l’auteur des tirs », précise le procureur d’Arras, dans un communiqué.

Armé d’un fusil de chasse

Selon les premiers éléments de l’enquête, confiée à la sûreté urbaine d’Arras, la victime, qui avait sorti son chien, trouvait à son retour, son ex-compagnon qui l’attendait au niveau du local poubelles de la résidence. Ce dernier était armé d’un fusil de chasse.

>> A lire aussi : Il se suicide après avoir tiré sur son ex-compagne

« Tandis qu’elle franchissait la dizaine de mètres qui la séparait de la porte de l’immeuble de son appartement, il tirait à plusieurs reprises dans sa direction, la touchant au bas du dos », rapporte le procureur.

L’homme pénétrait alors dans l’appartement et se retrouvait nez à nez avec le nouveau compagnon de la victime qui parvenait à le désarmer. Après s’être réfugié un temps dans la salle de bains, l’ex tentait de prendre la fuite en passant par la fenêtre de la chambre de la fillette de la victime, handicapée et âgée de 7 ans.

Un malaise en garde à vue

C’est à ce moment qu’il a été interpellé par la police, puis placé en garde à vue. « Cette mesure était toutefois levée rapidement à la suite d’un malaise de la personne retenue, explique le procureur. Il avait ingéré des médicaments qu’il avait en sa possession, lors de son court passage dans la salle de bains. »

« Hospitalisé, inconscient mais sans que le pronostic vital soit engagé, le mis en cause sera de nouveau placé en garde à vue dès que son état de santé le permettra », poursuit le parquet. Le suspect devrait être mis en examen pour assassinat, dans la mesure où la préméditation est retenue.