Le mystérieux voleurs d'avions de Cholet et Loudun a été démasqué

FAITS DIVERS Deux avions avaient été dérobés puis abandonnés dans la Vienne et en Maine-et-Loire...

F.B.
— 
L'étrange aller-retour entre Loudun et Cholet.
L'étrange aller-retour entre Loudun et Cholet. — Maps4news

Mais pourquoi deux avions de loisirs ont-ils été dérobés puis abandonnés les 25 et 26 janvier dans la Vienne et en Maine-et-Loire ? Les enquêteurs de la gendarmerie ont fini par trouver. Un étudiant de 19 ans, dont le père est pilote, a été clairement identifié, rapporte Ouest-France. Le jeune homme, domicilié à Loudun (Vienne) mais issu d’une famille de notables vendéens, avait seulement 25 heures de vol d’expérience. Il n’aurait pas encore été interpellé, selon le parquet de Poitiers, cité par Ouest-France.

Abandonnés sur place

Tout avait commencé jeudi 25 janvier, en fin d’après-midi, à l’aéroclub de Loudun. Un avion quadriplaces de type Robin DR400 décolle sans autorisation, après avoir fait le plein, puis atterrit 80 km plus loin, à l’aérodrome de Cholet (Maine-et-Loire).

Le lendemain, au petit matin, rebelote : un autre appareil quadriplaces, de type Piper 28, s’envole sans autorisation depuis Cholet puis se pose sur la piste de Loudun. À chaque fois, les propriétaires, qui ont déposé plainte, n’ont pas été avertis des vols. À chaque fois, les avions sont abandonnés sur place.

L’armée de l’air prête à intervenir

Qui était donc aux commandes ? Et pourquoi ? La gendarmerie s’est interrogée pendant dix jours. Et l’armée de l’air aussi. La base de Loudun se situe en effet à proximité de la centrale nucléaire de Chinon, site ô combien sensible, rapporte Ouest-France. Deux Mirage 2000 étaient prêts à intervenir si l’avion de loisirs approchait trop près du voisinage de la centrale.

Aucune effraction ne semble avoir été commise dans les deux aérodromes. L’enquête se poursuit.