Marseille: Le lourd passif du policier qui a tué un homme devant une discothèque

FAITS DIVERS Selon Le Point, ce fonctionnaire mis en examen, qui a abattu un homme en dehors de son service, travaillait « au black » pour la discothèque, propriété d'une ancienne figure du grand banditisme…

20 Minutes

— 

La discothèque Le Son des Guitares,  à Marseille.
La discothèque Le Son des Guitares, à Marseille. — Capture d'écran Google Street View

Il vient d’être mis en examen pour « homicide involontaire ». Le policier qui a tué le client d’une discothèque, à Marseille, dans la nuit de vendredi à samedi, a été placé sous contrôle judiciaire. Les enquêteurs doivent vérifier s’il a agi ou non en état de légitime défense. Ils doivent aussi tirer au clair les activités de ce policier controversé.

>> A lire aussi : Le policier qui a tué le client d'une discothèque mis en examen pour «homicide volontaire»

Employé au black par une figure du grand banditisme ?

Selon Le Point, Claude D., surnommé « Von Poulpus » ou « Le Poulpe » aurait été employé « au black » pour assurer la sécurité du Son des guitares. Cet établissement appartient à Jacques Cassandri, fiché au grand banditisme. L'homme s’était vanté, dans un livre, d’être le « cerveau » du «casse du siècle» en 1976, à Nice. Il comparaîtra d’ailleurs en février, à Marseille, pour recel et blanchiment.

Selon La Marseillaise, le policier, âgé de 50 ans, est également connu pour avoir proféré des menaces de mort contre un supérieur hiérarchique. Il avait reçu un blâme pour ces faits. Toujours selon le quotidien local, Claude D. a été exclu de la BAC car il était « trop violent sur la voie publique ». Il a été condamné en novembre 2016 à 3000 euros d’amende dont 2000 avec sursis pour dénonciation calomnieuse. Il accusait un de ses supérieurs hiérarchiques de l'avoir insulté.

>> A lire aussi : Bordeaux: Un nouveau fourgon blindé pour lutter contre le grand banditisme et le terrorisme

L’IGPN, la police des polices, avait également mené une enquête sur cet agent, qui, lorsqu'il était à la BAC, était suspecté de choisir de travailler de nuit pour, précisément, assurer la sécurité des boîtes de nuit situées dans le quartier de l’Opéra. L’enquête n’avait pas démontré ces faits, indique Le Point.

Vigile pour Marion Maréchal-Le Pen

Toujours selon l'hebdomadaire, ce policier, « doté d’un fort caractère », aurait aussi assuré la sécurité de certains déplacements de l’ex députée Front National Marion Maréchal-Le Pen.