Nevers: Un chef d'entreprise cambriolé retrouve et piège son voleur sur Le Bon Coin

INSOLITE La victime du cambriolage a traqué, sur Internet, les objets qui lui avaient été volés…

20 Minutes avec agence

— 

Capture d'écran du site Le Bon Coin.
Capture d'écran du site Le Bon Coin. — Le Bon Coin

Un chef d’entreprise a réussi à retrouver la trace du voleur qui avait cambriolé ses locaux et à le piéger sur le site Le Bon Coin. L’homme a décidé de ne pas rester les bras croisés après avoir découvert le 8 janvier son entrepôt de Nevers ( Nièvre) dévalisé.

>> A lire aussi : Arrêtés après avoir volé les roues de 66 (!) voitures... Ils les revendaient sur Le Bon Coin

Envolés les tronçonneuses, ponceuses, élagueuses, aspirateur souffleur de feuilles, poste à souder, matériel électroportatif… « Près de 8 000 € de préjudice » au total, selon la victime qui a monté son affaire de rénovation de logements et d’entretien d’espaces verts, relate Le Journal du Centre.

Impossible de reprendre le travail

Persuadé que son cambrioleur ne tardera pas à tenter de tirer profit du butin dérobé, le chef d’entreprise commence une véritable « veille » sur les sites de vente en ligne et les réseaux sociaux. « Je recherchais tous les jours pendant au moins une heure. Je regardais sur Facebook et les autres réseaux sociaux, sur les sites de vente entre particuliers… Je n’avais plus rien à perdre », confie l’homme, incapable de reprendre le travail sans son matériel.

>> A lire aussi : Cambriolé le soir du Nouvel An, il pose un ultimatum au voleur sur Facebook

Mercredi 24 janvier, vers 9 h, la victime découvre sur Le Bon Coin une annonce pour la vente d’un aspirateur souffleur de feuilles : « C’était le même modèle que le mien ». Le nom du vendeur est celui d’un artisan que le chef d’entreprise avait écarté de ses chantiers car « il ne pouvait plus fournir de factures ».

Préparation d’un guet-apens

La victime lui envoie un courriel sous l’identité de l’un de ses amis pour ne pas éveiller les soupçons de l’individu et lui fixe un rendez-vous le soir même dans un parc de la ville pour finaliser la transaction. L’homme se dissimule à l’arrière d’un véhicule conduit par le camarade qui a servi de prête-nom et les policiers du commissariat sont prévenus de la rencontre.

La victime va immédiatement reconnaître l’artisan éconduit de ses chantiers. Quand ce dernier ouvre le coffre de sa voiture, les fonctionnaires de police l’interpellent. Le reste du butin a ensuite été retrouvé lors d’une perquisition au domicile du suspect.