Nord: Une société soupçonnée d’abus de confiance à travers des placements d’argent sur les paris sportifs

FAITS DIVERS Un autoentrepreneur du Dunkerquois promettait des placements sans risque à travers, notamment, les paris sportifs…

G.D.

— 

Illustration de paris sportifs.
Illustration de paris sportifs. — F. Scheiber / 20 Minutes

C’est un peu l’histoire du bonneteau, ce jeu où on gagne au début pour finalement tout perdre. Une centaine de personnes (et peut-être davantage) estime avoir été victimes d’abus de confiance à la suite de la banqueroute d’une société du Dunkerquois, dans le Nord. Cette dernière promettait des gains mirobolants sur des placements d’argent, raconte La Voix du Nord.

« Sans prendre le moins risque »

En août 2017, un jeune homme d’une vingtaine d’années fonde la société Sasha Investissement sous le statut d’autoentrepreneur. Son activité est décrite ainsi sur Facebook : « Cette société permet aux particuliers d’investir leur argent, pour en dégager des bénéfices et ainsi augmenter leur épargne sans prendre le moins risque ».

>> A lire aussi : Elle escroquait ses collègues et détournait leurs salaires

En fait, la société propose de faire fructifier l’argent de ses clients en misant sur les paris sportifs et sur des placements. Un contrat écrit définit la durée de l’engagement, un ou plusieurs mois, au-delà duquel la société s’engage, a minima, à rembourser le client.

Les premiers engagements sont prometteurs. Le retour sur investissement peut atteindre sept fois la mise. Les clients sont ravis et le bouche-à-oreille commence à fonctionner. Des commerciaux sont embauchés.

Une centaine de personnes lésées recensée

Sauf que, très vite, la machine à cash se grippe. En décembre, le gérant annonce sur Facebook que ses comptes sont gelés. Début janvier, c’est la banqueroute. Les gens qui ont placé leur argent ne le reverront pas.

A l’heure actuelle, 106 personnes lésées ont été recensées et le préjudice global s’élève à 160.000 euros. Trois d’entre elles ont déjà porté plainte. Quant aux commerciaux embauchés, ils n’ont jamais reçu leur contrat de travail et certains n’ont touché aucun salaire. Une enquête a été ouverte par le procureur de Dunkerque.

Contacté par le quotidien régional, le gérant assure qu’il est « prêt à assumer ses erreurs et fera tout pour rembourser ses clients ».