Pédophilie: L'ex candidat d'«Incroyable Talent» «manipulait les familles pour abuser des enfants», assure un témoin

INFO «20 MINUTES» Suspecté de pédophilie, un quinquagénaire a été mis en examen après une série d’agressions dans le Vaucluse. Il utilisait sa célébrité pour gagner la confiance des parents, raconte un témoin…

Jean Saint-Marc

— 

Illustration d'un enfant portant un cartable.
Illustration d'un enfant portant un cartable. — BAZIZ CHIBANE/SIPA
  • Un ancien participant à l’émission «La France a un incroyable talent» a été mis en examen après une série d’agressions sexuelles.
  • Une proche d’une des familles de victime décrit comment il a gagné leur confiance.

Un témoignage glaçant. Béatrice*, proche d’une des familles de victimes, a accepté de se confier sur ce quinquagénaire « qui était tout le temps avec des gosses », selon son récit. Mis en examen et placé en détention provisoire, cet homme est suspecté d’avoir commis plusieurs agressions sexuelles sur des enfants, a-t-on appris, confirmant une information du Dauphiné Libéré. Cinq plaintes ont été déposées, pour des agressions commises dans le Vaucluse et dans le sud de la Drôme.

>> A lire aussi : Un homme de 50 ans mis en examen pour une série d'agressions sur des enfants

Y a-t-il d’autres victimes ? « La question se pose toujours », indique le parquet d’Avignon à 20 Minutes. Le suspect était par ailleurs sous contrôle judiciaire « pour d’autres faits de nature sexuelle, dans les Bouches-du-Rhône », note simplement le magistrat.

«Une association d'aide humanitaire»

« Il manipulait les familles pour abuser des enfants », assure Béatrice, proche d’une des familles de victimes. Le pédophile présumé gagnait la confiance des parents grâce à sa « célébrité » : il a été candidat de l’émission La France a un incroyable talent.

« C’est quelqu’un qui parle énormément, qui dit qu’il a beaucoup d’argent. Il a une association d’aide humanitaire, soi-disant. Il va chez les gens qui ont des problèmes financiers ou dont les enfants ont des problèmes de comportement. Il dort sur le canapé et il les aide, enfin il dit qu’il les aide à redresser la barre. »

L’homme faisait également des photos avec les enfants, qu’il allait parfois chercher à l’école et avec qui il passait beaucoup de temps. « L’enquête ne fait que commencer », rappelle le parquet. Les enquêteurs doivent désormais établir la véracité de ces premiers témoignages, et vérifier s’il n’y a pas d’autres victimes.

* Son prénom a été modifié, à sa demande.