Marseille: Un corps enterré à la place d'un autre dans la même famille

INVERSION Une invraisemblable série d’erreurs à conduit à l’inversion de deux corps d’une même famille, au moment des enterrements…

D. G.

— 

Illustration d'un cimetière.
Illustration d'un cimetière. — Damien Meyer

Une histoire abracadabrantesque, celle de la famille de Rabah Ali Ani, racontée par La Provence. Rabah Ali Ani, 70 ans, est mort début novembre. Premier souci, sa famille ne l’apprend que plusieurs semaines plus tard.

« On ne s’était pas inquiétés, explique son neveu Mohamed au journal local. Il lui arrivait de ne pas donner de nouvelles pendant un mois. »

>> A lire aussi : Marseille: Poignardé pour une histoire de place de parking

Ses affaires ont disparu

C’est par une photo postée sur Facebook par un voisin que la sœur du défunt est mise au courant, elle prévient à son tour Mohamed. Un agent du commissariat Noailles concédera des excuses et un travail de recherche « mal fait ».

Le pire est à venir. Alors que la famille assiste à la mi-décembre au lavage rituel du corps par un imam, un de ses frères « m’a téléphoné en hurlant : "C’est pas lui" », relate Mohamed

>> A lire aussi : Marignane: A 13 ans, elle sauve la vie de sa mère en lui faisant un massage cardiaque

« Sorti du frigo par erreur »

La famille demande des comptes au dépositoire de la Timone, Mohamed complète : « Ils nous ont tout simplement avoué qu’il avait été sorti du frigo par erreur et enterré à la place de quelqu’un d’autre au carré musulman de Saint-Pierre ».

Comble du hasard, il s’agit d’un autre membre de la même famille ! « On l’a confondu avec le beau-frère de ma mère qui venait de mourir d’un cancer »

>> A lire aussi : Marseille: Un homme poignardé pour une histoire de trafic de cigarettes

Il y a quelques jours, le corps de Rabah Ali Ani a finalement été déterré pour pouvoir être rapatrié en Algérie où il repose désormais entre ses parents. De son côté, l’hôpital reconnaît ses torts et confirme à La Provence qu’une enquête interne a été déclenchée. La famille du défunt a décidé de porter plainte.