Accident à Millas: Une pétition pour soutenir la conductrice du car recueille plus de 10.000 signatures

ACCIDENT Sur les réseaux sociaux certains font aussi preuve de solidarité envers la conductrice du car accidenté à Millas...

D. G.
— 
Les gendarmes de Millas étaient les premiers sur les lieux lors de la collision d'un bus scolaire avec un train le 14 décembre 2017
Les gendarmes de Millas étaient les premiers sur les lieux lors de la collision d'un bus scolaire avec un train le 14 décembre 2017 — PASCAL RODRIGUEZ/SIPA

Une pétition lancée pour soutenir la conductrice du car entré en collision avec un TER sur un passage à niveau à Millas et ayant coûté la vie à six collégiens recueille plus de 10.000 signatures en moins d’une semaine.

>> A lire aussi : Accident à Millas: «A ce stade», «pas de lien» entre les médicaments pris par la conductrice du car et l'accident

Prénommée Nadine, elle bénéficie aussi de la solidarité des réseaux sociaux. Parmi les signataires, des chauffeurs de poids lourds et transports en communs ou encore des anonymes qui estiment « qu’on l’accuse un peu trop vite ». « Énorme soutien aux familles des victimes », précise aussi la pétition.

>> A lire aussi : Accident à Millas: Trois familles endeuillées vont se constituer parties civiles mardi

La barrière hors d’usage ?

Laissée en liberté, cette mère de famille encore hospitalisée a été placée sous contrôle judiciaire avec notamment l’interdiction de conduire. Sur les réseaux sociaux, certains affirment photos à l’appui qu’aujourd’hui encore la barrière du passage à niveau en question ne fonctionne pas correctement. « Qu’on m’explique : si les barrières étaient fermées, comment se fait-il qu’elle soit passée sans les casser ? », relancent d’autres.

>> A lire aussi : VIDEO. Accident à Millas: Les obsèques de quatre des six collégiens tués se déroulent ce jeudi

L’enquête se poursuit pour savoir si, comme la conductrice l’affirme, les barrières étaient levées. Le procureur de la République de Marseille déclare, lui, que les premières constatations matérielles vont « plutôt dans le sens d’une barrière fermée ».