Illustration - Un policier à Paris
Illustration - Un policier à Paris — Yann Bohac/SIPA

POLICE

Val-de-Marne: Soupçonné d’être un dealer mais protégé par son immunité diplomatique

Le jeune homme de 20 ans est soupçonné de tenir un point de deal dans le Val-de-Marne…

Quoiqu’il fasse, il est protégé. Même si ses actes sont illégaux et son attitude profondément irrespectueuse. Un jeune homme de 20 ans, protégé par son immunité diplomatique, est soupçonné de gérer un point de deal dans la cité Duclos à Villejuif, dans le Val-de-Marne, rapporte ce mercredi Le Parisien. Même si la brigade anti-criminalité du Kremlin-Bicêtre a de multiples éléments attestant de son implication dans un trafic de cannabis, le suspect ne peut être interpellé. Le dealer présumé est protégé par l’immunité de son père, qui selon le quotidien, ferait partie du personnel technique et administratif de la diplomatie camerounaise.

Si son statut est bien connu des policiers du Val-de-Marne, les enquêteurs d’un groupe stups de Paris XIII en ont fait l’amère expérience récemment. Le jeune homme a été interpellé la semaine dernière, soupçonné d’ordonner des petites livraisons de cannabis. Emmené au commissariat, il en est ressorti libre deux heures plus tard, après que le ministère des Affaires étrangères a confirmé son immunité. Le parquet a également ordonné la restitution des 480 euros retrouvés dans sa chambre pendant la perquisition.

Immunité diplomatique

A l’origine, l’immunité diplomatique​ – instaurée en 1961 par la Convention de Vienne – doit permettre d’éviter que des pressions soient exercées par le pays d’accueil sur les diplomates et leurs proches. Si les faits sont jugés particulièrement graves, le quai d’Orsay peut demander la levée de l’immunité au pays d’origine. Dans les faits, la démarche est déjà rarissime et l’acceptation d’une levée d’immunité encore plus. Seule solution pour le pays hôte : déclarer le suspect « persona non grata » et ainsi l’obliger à quitter son territoire. Mais là encore la décision est rare et plutôt réservée aux affaires d’ampleur.

En attendant, le jeune dealer continue à agir en toute impunité. Selon Le Parisien, vendredi soir, il a insulté les policiers, leur promettant de les « crever ». Les policiers ont dû rebrousser chemin après qu’un petit attroupement s’est formé.