Metz: «Marave challenge», le rectorat réagit

EDUCATION Un mineur est placé en garde à vue pour l’affaire des « Marave challenge », le rectorat de Nancy-Metz répond à « 20 Minutes » sur ce nouveau jeu stupide et dangereux…

BP et GV
— 
Lycée collège
Lycée collège — Martin BUREAU / AFP

Selon une information que nous a communiquée le parquet de Metz, un mineur est en garde à vue dans l’affaire du « Marave challenge ». Un jeu qui sévit dans des lycées de Metz (Moselle) et dont le principe est de frapper en bande, un ou plusieurs élèves au hasard dans le but de gagner dix euros.

L’information, révélée par France Bleu Lorraine Nord, relate que ces agressions se sont produites devant des établissements et ont visé trois jeunes de 17 et 18 ans. Trois plaintes ont été déposées et une enquête a été ouverte.

>> A lire aussi : Un mineur placé en garde à vue après des «Marave Challenge», plusieurs lycées sous surveillance renforcée

Contacté par 20 Minutes, le rectorat de Nancy-Metz a indiqué qu’il n’avait pas connaissance du phénomène auparavant : « Toutes les équipes sont mobilisées. Le "Marave challenge" a principalement lieu à Metz, les services de l’académie ou des établissements y sont mobilisés en termes de prévention. »

Eviter de sortir seul de l’établissement

Aussi, le rectorat dispense déjà des recommandations, communiquées dans les lycées, comme celle « d’éviter de sortir des établissements de manière individuelle. Et puis sur la sécurité (en plus des services de police mobilisés), il a été demandé aux équipes présentes d’accentuer leur vigilance et leur surveillance, puis de faire remonter les informations suspectes en interne. »

La prévention et l’information au sujet du "marave challenge" se font donc dans tous les établissements de Metz. Mais de quelle manière ? « Ça dépend des établissements. Cela peut-être en classe, avec le relais des équipes éducatives, ou en activant le réseau des Conseils de la vie lycéenne, ou encore avec les délégués de classe. » Dans l'académie voisine, à Strasbourg, pas de tel message passé à ce jour. Mais les chefs d'établissements, sensibilisés depuis plus d'un an au sujet des jeux dangereux, restent vigilants et à l'écoute.