La carcasse du bus accidenté à Millas, vendredi 15 décembre.
La carcasse du bus accidenté à Millas, vendredi 15 décembre. — RAYMOND ROIG / AFP

ACCIDENT

VIDEO. Barrières fermées, contrôle d'alcoolémie... Que sait-on de l'accident à Millas au lendemain du drame?

Le procureur de la République de Marseille Xavier Tarabeux, chargé de l'enquête, a donné une conférence de presse ce vendredi...

  • Le procureur de la République de Marseille Xavier Tarabeux a donné une conférence de presse ce vendredi.
  • Il est chargé de l'enquête sur l'accident mortel de Millas.

Il s’agit d’un des accidents les plus graves survenus à un transport d’enfants depuis le drame de Beaune en 1982, qui avait coûté la vie à 53 personnes, dont 44 enfants. Ce jeudi, une grave collision entre un autocar scolaire et un train régional s’est produite au passage à niveau de Millas , dans les Pyrénées-Orientales. L’enquête judiciaire pour « homicides et blessures involontaires » relève du procureur de la République de Marseille, car le pôle accidents collectifs du tribunal de grande instance de Marseille s’est saisi du dossier. Aussi, lors d’une conférence de presse ce vendredi, Xavier Tarabeux a donné les premiers éléments de l’enquête de ce drame.

>> A lire aussi : EN DIRECT. Accident à Millas: Le bilan s'alourdit à cinq morts… Une enquête ouverte pour «homicides involontaires»…

La barrière était-elle ouverte ou fermée ?

La question est essentielle et lourde de conséquences judiciaires : les barrières du passage à niveau étaient-elles ouvertes, laissant la conductrice du bus s’engouffrer sur la voie, ou étaient-elles fermées ? Difficile pour l’heure de fournir une réponse avec certitude au lendemain du drame, mais le procureur de la République de Marseille Xavier Tarabeux a précisé que, en l’état des auditions, la majorité des quatorze témoignages rapporte qu’au moment des faits, les barrières du passage à niveau étaient fermées. Un scénario contraire à celui indiqué par la conductrice du bus.

>> A lire aussi : VIDEO. Accident à Millas: Au collège, parents et enfants sont encore sous le choc

Le procureur de la République précise également que ces barrières portent des traces de dégradation et qu’elles feront l’objet d’un examen par les enquêteurs. Le procureur reste toutefois prudent sur le déroulé des événements. Une analyse en 3D va être réalisée afin de, peut-être, éclaircir les zones d’ombre.

Les conducteurs des bus et trains étaient-ils sous l’emprise de l’alcool ou de la drogue ?

Dans le train se trouvaient deux conducteurs, dont un stagiaire en formation. Les tests d’alcoolémie et de stupéfiants se sont révélés négatifs. La conductrice du bus a également été soumise aux mêmes tests. Seul le résultat, négatif, du contrôle alcoolémie de la conductrice est connu des enquêteurs. Blessée et actualisée, la conductrice âgée de 46 ans n’a toutefois pas pu être auditionnée pour l’heure.

>> A lire aussi : VIDEO. Accident à Millas: Quatre questions sur la sécurité aux passages à niveau

La vitesse du train et/ou du bus était-elle excessive ?

Le procureur de la République exclut cette possibilité. Le train roulait à 70 km/h pour une zone limitée à 100 km/h. Quant au car scolaire, sa vitesse n’était probablement pas importante, compte tenu de la configuration des lieux. Le passage à niveau se trouve en effet à proximité d’un virage serré et d’un stop.

Quel est le bilan de ce terrible accident ?

On déplore 24 victimes. La collision a fait cinq morts, parmi lesquels un enfant de 11 ans décédé cet après-midi. Six enfants ont encore leur pronostic vital engagé ce soir. Trois adolescents sont en revanche sortis de l’hôpital. Xavier Tarabeux se rendra ce samedi sur place.