Accident à Millas: «Le pronostic vital de six victimes est engagé ce soir», indique le procureur

ENQUETE Une enquête a été ouverte pour comprendre les circonstances du drame qui a coûté la vie à cinq enfants et fait 19 blessés…

D. D.

— 

La carcasse du bus accidenté à Millas, vendredi 15 décembre.
La carcasse du bus accidenté à Millas, vendredi 15 décembre. — RAYMOND ROIG / AFP

L’ESSENTIEL

  • Une collision entre un bus scolaire et un train​ TER a eu lieu à Millas, près de Perpignan, faisant cinq morts et 19 blessés.
  • Le pronostic vital de six victimes est toujours engagé ce soir, a indiqué le procureur de la République lors d’une conférence de presse, précisant que, selon les témoignages recueillis, « les barrières étaient fermées au moment où le bus est passé sur la voie ».
  • Le gouvernement a nommé ce vendredi un coordonnateur interministériel pour aider « dans la durée » les familles des victimes de l’accident.
  • Le collège a rouvert ses portes vendredi matin pour permettre aux élèves de commencer leur travail de deuil.

 

A LIRE AUSSI

>> A lire aussi : VIDEO. Barrières fermées, contrôle d'alcoolémie... Que sait-on de l'accident à Millas au lendemain du drame?

>> A lire aussi : Collision entre un train et un car scolaire: Une cellule psychologique ouverte au collège de Millas

>> A lire aussi : Au moins quatre enfants tués et une vingtaine de blessés dans une collision entre un bus scolaire et un train

 

A VOIR

 

21h: Ce live est désormais terminé

Merci d’avoir suivi avec 20 Minutes les derniers développements concernant l’accident dramatique de Millas.

19h30: L’Académie de Montpellier détaille les mesures prises

« Une cellule d’urgence médico-psychologique reste en place durant le week-end au centre hospitalier de Perpignan pour l’accueil des familles des victimes », indique ce vendredi soir l’Académie par voie de communiqué. Une structure similaire accueillera « tous les élèves, personnels et familles à la mairie de Saint Féliu d’Avall »

Ce dispositif se poursuivra le lundi 18 décembre et tout au long de la semaine prochaine. « Au collège, plusieurs lieux d’écoute individualisée ou en très petits groupes seront mis à la disposition de la communauté éducative. La cellule médico-psychologique sera présente dans l’établissement pour répondre à la demande de celles et ceux qui auront besoin d’être pris en charge », poursuit l’Académie.

19h: Barrières fermées, alcoolémie… Que sait-on de l’accident à Millas au lendemain du drame ?

Le procureur de la République de Marseille Xavier Tarabeux, chargé de l’enquête, a donné ce vendredi une conférence de presse sur l’un des accidents les plus graves concernant un transport d’enfants depuis le drame de Beaune en 1982, qui avait coûté la vie à 53 personnes, dont 44 enfants. Il a annoncé qu’il se rendrait sur place ce samedi.

Retrouvez le compte-rendu complet​ de notre journaliste Mathilde Ceilles.

18h45: L’essentiel de la déclaration du procureur de la République en vidéo

 

18h17: «Il est trop tôt aujourd’hui pour retracer la manière dont les événements se sont déroulés», poursuit Xavier Tarabeux

 

18h15: «Les barrières étaient fermées au moment où le bus est passé sur la voie», indique le procureur

 

18h14: 100 militaires sont mobilisés sur place

18h13: L’alcoolémie de la conductrice du bus est négatif

Le test de dépistage d’alcoolémie et de stupéfiant est aussi négatif sur les deux conducteurs de la motrice du train. La vitesse du bus scolaire n’était pas excessive, poursuit le procureur de Marseille.

18h10: Le pronostic vital de six personnes est toujours engagé, précise le procureur

24 personnes ont été impliquées dans l'accident, cinq sont décédées, confirme Xavier Tarabeux. « Un décès est survenu aujourd'hui, il s'agit d'un enfant âgé de onze ans ». 

 

18h: Le procureur de Marseille s'exprime

La juridiction de Marseille s'est saisie de l'enquête compte tenu de la « technicité » de l'enquête et du « nombre de victimes », explique Xavier Tarabeux.

17h45 : La SNCF se dit « choquée » par les propos du transporteur

« La SNCF se déclare choquée par les accusations particulièrement graves qui viennent d’être formulées à son encontre » par le transporteur Christan Faur, de la société qui gère l’autocar accidenté, selon un communiqué.

« La SNCF est choquée qu’un des protagonistes s’autorise à de telles accusations publiques, formulées alors que les enquêtes indépendants conduites sous l’autorité de la Justice, viennent d’être engagées. Ces accusations sont formulées sans aucun élément tangible de preuve, et ont un but purement polémique », poursuit le groupe ferroviaire.

Plus tôt dans la journée, le patron de la conductrice du car avait déclaré : « Quand la vérité sera connue, la SNCF devra faire face à ses responsabilités. » La conductrice du car « s’est engagée en toute confiance sur le passage à niveau barrière ouverte et sans feux clignotants », avait-il poursuivi.

16h10: Au collège, parents et enfants sont encore sous le choc

Ce vendredi, au collège Christian-Bourquin de Millas, l’émotion est grande. La veille, cinq élèves ont trouvé la mort dans une collision entre leur bus et un train sur un passage à niveau. Beaucoup refusent d’évoquer le drame, la gorge nouée. Quant à ceux qui parlent, ils sont encore sous le choc. 20 Minutes est allé à leur rencontre​.

15h50: La conductrice du car a raconté «que rien n’interdisait de passer» quand elle s’est engagée sur le passage à niveau

Le patron de la conductrice du bus qui a été percuté par un TER, jeudi soir à Millas (Pyrénées-Orientales), a pu s’entretenir avec elle à l’hôpital. « Elle m’a dit que rien n’interdisait de passer, qu’elle s’est engagée sur le passage à niveau normalement quand tout à coup le bus a été violemment percuté », a expliqué Lilian Faur à France 3. « Elle me dit qu’elle n’a eu aucun malaise, aucune panne du véhicule. »

15h45: Une messe célébrée ce vendredi à l’église Saint-André de Saint-Féliu d’Avall

Une messe sera célébrée ce vendredi à 18h à l’église Saint-André de Saint-Féliu d’Avall, a annoncé le diocèse de Perpignan. Dimanche soir à 18h30, l’évêque de Perpignan tiendra également une veillée de prière à l’intention des victimes et de leurs proches dans cette même église, non loin du lieu du drame.

14h50: Un député LREM pour des travaux d’urgence et le retour de gardes-barrières

Le député LREM du Calvados Alain Tourret a plaidé ce vendredi pour des travaux d’urgence et le retour des gardes-barrières aux passages à niveau, après la collision mortelle entre un car scolaire et un train à Millas (Pyrénées-Orientales). « En France, année après année, les collisions se reproduisent. (…) Les passages à niveaux recensés comme dangereux sont évalués à 15.000 et sur les dix dernières années seuls 163 d’entre eux ont été supprimés », souligne dans un communiqué l’élu ex-PRG.

14h45: «Tout notre pays est derrière Millas et Saint-Féliu»

Le ministre de l’Education nationale a de nouveau apporté son soutien aux familles des victimes.

 

14h40: Le bilan s’alourdit à cinq morts

La préfecture des Pyrénées-Atlantiques a indiqué dans un communiqué que le bilan de l’accident s’est alourdi à cinq morts.

 

14h15: Emmanuel Macron exprime «la solidarité de la Nation»

Le président de la République Emmanuel Macron a exprimé ce vendredi à Bruxelles « la solidarité de la Nation » avec les victimes de la collision de Millas. Au cours d’une conférence de presse commune avec le président français à l’issue d’un sommet européen, la chancelière Angela Merkel a également déclaré « toute (sa) compassion aux proches des victimes ».

14h: Quatre questions sur la sécurité des passages à niveau

Alors que les enquêteurs vont tenter de déterminer les causes humaines et/ou techniques de l'accident de Millas, 20 Minutes fait le point sur la sécurité des passages à niveau qui sont chaque année le théâtre d’accidents mortels.

13h40: Une enquête pour «homicides et blessures involontaires» ouverte par le parquet de Marseille

Le parquet de Marseille s’est saisi de l’enquête sur la collision mortelle de Millas via son pôle spécialisé dans les accidents collectifs, a annoncé ce vendredi le procureur de la République de Marseille. « Après analyse des circonstances de l’accident et en accord avec le parquet de Perpignan, le pôle accident collectif du parquet de Marseille se saisit de cet accident », a indiqué à Xavier Tarabeux, qui donnera à 18 heures une conférence de presse au tribunal de grande instance de Marseille. « Deux magistrats sont sur place pour conduire les investigations », a-t-il ajouté. Une enquête pour « homicides et blessures involontaires » a en outre été ouverte.

13h05: «Le travail de la parole (…) est absolument fondamental»

« Vous avez des psychologues scolaires qui sont venus de l’ensemble de l’académie de Montpellier, vous avez des dizaines de psychologues qui sont sur place. Les enfants ont besoin de parler mais aussi les adultes. Le travail de la parole (…) est absolument fondamental », a assuré le ministre de l’Education lors de son point presse.

12h55: «Nous sommes dans une très grande émotion», déclare Jean-Michel Blanquer

« Aujourd’hui, nous sommes dans une très grande émotion. Le message c’est le soutien à l’école et au collège, de façon à ce que l’avenir se dessine pour l’ensemble des communautés concernées », a déclaré ce vendredi le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, lors d’un point presse à Millas (Pyrénées-Orientales).

 

12h20: Environ une trentaine de morts aux passages à niveau chaque année

Chaque année, une trentaine de personnes décèdent sur des passages à niveau. Selon les chiffres communiqués par la SNCF, 111 collisions ont été enregistrées en 2016, 31 personnes sont mortes et 15 ont été blessées grièvement.

12h05: «La barrière ne s’est pas refermée» et «les clignotants rouges ne se sont pas allumés»

France 3 a recueilli le témoignage de la grand-mère d’une collégienne qui était à l’avant du bus. Selon elle, « la barrière ne s’est pas refermée » et « les clignotants rouges ne se sont pas allumés » au niveau du passage à niveau.

 

11h45: Le bilan de quatre morts «est inchangé», indique le préfet des Pyrénées-Orientales

Le préfet des Pyrénées-Orientales a démenti le décès de deux nouvelles victimes. Il a indiqué ce vendredi en fin de matinée que « le bilan est inchangé pour le moment et est de quatre décédés après confirmation des établissements de santé ». Des sources proches de l’enquête avaient assuré un peu plus tôt que le bilan s’était alourdi à six morts.

 

11h40: Après l’accident, Saint-Féliu-d’Avall « ville morte »

« On est tous choqués », tous les enfants venaient du village : Saint-Féliu-d’Avall était sidérée vendredi matin par l’accident tragique entre un bus scolaire et un train qui a coûté la vie à six collégiens. Le drapeau du centre culturel a été mis en berne et le goûter de Noël prévu dimanche annulé. Dans la rue, des personnes pleuraient ce vendredi matin. « On est tous choqués, ils passaient tous les jours par là, ce sont des enfants qu’on côtoie tous les jours », a déclaré, très émue, Maria Baptiste, mère au foyer. « Les gamins, ce sont eux qui font vivre le village. C’est ville morte » désormais, a renchéri Pierre Alvarez, boulanger depuis quatre ans dans la commune. « Depuis 6h du matin, c’est que ça. On ne parle que de ça, personne ne comprend ce qu’il s’est passé et on tourne en rond tant qu’on ne saura pas ».

11h30: «Il faut se garder de tirer de conclusions trop hâtives»

« Il faut se garder de tirer de conclusions trop hâtives », a réagi ce vendredi matin sur France info, Bertrand Aubin, secrétaire général du syndicat de cheminots First. « Ces passages à niveau automatisés [comme celui de Millas] peuvent » connaître un « dysfonctionnement, mais dans ce cas-là, en principe, cela provoque l’abaissement des barrières et le clignotement des feux rouges, même si aucun train n’est à l’approche », a-t-il précisé.

11h20: Jean-Michel Blanquer est arrivé à Millas

Le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, est arrivé vendredi au collège de Millas (Pyrénées-Orientales), où étaient scolarisées les victimes. Le ministre est arrivé vers 11h50 et s’est engouffré dans l’établissement sans faire de déclaration. Un point presse est prévu à la mi-journée à la mairie de Millas avec le préfet des Pyrénées-Orientales, Philippe Vignes. Visiblement très affecté, Robert Taillant, le maire de Saint-Féliu d’Avall, où habitaient la majorité des victimes, devrait également participer à cette conférence de presse.

11h15: «Vive émotion» de l’Assemblée nationale

L’Assemblée nationale a exprimé ce vendredi sa « vive émotion » après la collision jeudi entre un autocar scolaire et un train à Millas (Pyrénées-Orientales), qui a provoqué la mort de six enfants. « Je tiens à exprimer la vive émotion de l’ensemble de la représentation nationale après le dramatique accident survenu (jeudi) à Millas dans les Pyrénées-Orientales », a déclaré la vice-présidente Annie Genevard (LR) depuis le « perchoir ». « Nos pensées vont aux victimes, à leurs familles et à leurs proches », a-t-elle ajouté.

11h10: Les pompiers des Pyrénées-Orientales relayent un appel au don de sang

L’hôpital de Perpignan a lancé un appel au don de sang. Une « collecte » a été mise en place ce matin, ont indiqué sur Facebook les pompiers des Pyrénées-Orientales. Un numéro vert est disponible : 0 800 972 100 (appel gratuit).

 

11h05: Une soixantaine de personnes mobilisées au collège de Millas

La préfecture des Pyrénées-Orientales a confirmé qu’un « accueil a été organisé » au collège où étaient scolarisées les victimes. « 60 personnels de l’Education Nationale sont mobilisés, notamment, des psychologues, des travailleurs sociaux et des conseillers techniques en présence de Madame le Recteur d’académie et du directeur académique des services de l’Education Nationale. Ils sont assistés des médecins et infirmiers psychiatriques de la Cellule d’unité médico-psychologique et de l’association de protection civile ».

10h55: Défaillance technique ou erreur humaine ?

L’heure est à l’enquête vendredi au lendemain de la violente collision entre un autocar scolaire et un train à Millas (Pyrénées-Orientales). Les barrières du passage à niveau étaient-elles ouvertes, laissant la conductrice du bus s’engouffrer sur la voie, ou étaient-elles fermées ? La SNCF a indiqué jeudi que « selon des témoins, le passage à niveau a fonctionné normalement, mais il faut évidemment que cela soit confirmé par l’enquête ». Un père d’élève, Samuel Conegero, a cependant affirmé, se basant sur une photo prise par son fils, que « la barrière (était) complètement relevée et qu’il n’y (avait) pas de barrière cassée ».

10h50: Trois enquêtes ouvertes

On savait déjà qu’une enquête judiciaire sur les circonstances de l’accident avait été ouverte, et que le Bureau enquête accident (BEA) avait aussi été chargé d’en ouvrir une. Selon France Bleu, une enquête interne de la SNCF aurait également été enclenchée.

10h45: Une minute de silence au Conseil général d'Occitanie

Une minute de silence a été observée, ce vendredi matin, au Conseil général d'Occitanie. 

 

10h40: Le bilan de la collision s’est alourdi à six morts

Le bilan de la collision entre le car scolaire et le TER s’est alourdi à six morts. Deux fillettes de 11 ans ont succombé à leurs blessures vendredi, a-t-on appris ce vendredi de source proche de l’enquête.

10h35: Le conducteur du train entendu par les enquêteurs

Le conducteur du train a été entendu dès jeudi soir par les enquêteurs, a déclaré ce vendredi le procureur de Perpignan Jean-Jacques Fagni. D’autres auditions sont en cours. La conductrice du car scolaire a été blessée dans la collision qui a fait quatre morts et 16 blessés chez les collégiens. Trois passagers du train ont également été blessés.

10h30: Un coordonnateur pour aider les familles

Le gouvernement va nommer ce vendredi un coordonnateur interministériel pour aider « dans la durée » les familles des victimes de l’accident entre un car et un train à Millas (Pyrénées-Orientales), a annoncé la ministre des Transports Elisabeth Borne. Le représentant de l’Etat, qui « sera sur place dès demain », sera « aux côtés des familles pour les soutenir, les informer, pour les aider dans leurs démarches » et il sera présent « dans la durée », a déclaré vendredi la ministre des Transports sur Europe 1.

 

10h20: Le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer va se rendre sur place

Lors d’une conférence de presse tenue en compagnie du préfet des Pyrénées-Orientales et du procureur de la République de Perpignan, le recteur a souligné que le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer serait présent vendredi dans l’établissement.

10h15: Le collège de Millas a rouvert pour «libérer la parole»

Le collège de Millas, où sont scolarisées les victimes de l’accident entre un car scolaire et un train, sera ouvert vendredi « pour que les élèves puissent libérer leur parole », a indiqué jeudi soir le recteur de la région académique Occitanie. « Demain (vendredi), sera le temps du rassemblement de la communauté éducative », a déclaré Armande Le Pellec Muller, quelques heures après l’accident qui a fait quatre morts parmi les élèves transportés.

10h: L’identification des victimes terminée

L’identification des victimes de la collision entre un car scolaire et un train régional jeudi à Millas (Pyrénées-Orientales), qui a fait quatre morts et 20 blessés, est terminée, a annoncé ce vendredi la préfecture. « L’identification des victimes et l’information des familles a été faite dans la nuit de manière exhaustive », a ajouté une responsable de la préfecture des Pyrénées-Orientales. Quatre collégiens tués et sept blessés étaient encore en cours d’identification jeudi soir.