Un policier devant un ordinateur - Illustration
Un policier devant un ordinateur - Illustration — 20 MINUTES/SIPA

FAITS DIVERS

Moselle: De faux couvreurs soupçonnés d'avoir escroqué 300.000 euros à des personnes âgées

Cinq personnes ont été mises en examen et placées en détention provisoire…

  • 235 victimes ont été recensées.
  • Argent liquide, voitures ont été saisis lors de l’interpellation, des armes ont également été retrouvées.

La majorité des victimes sont âgées de plus de 70 ans, certaines ont près de 90 ans. Mardi, au terme de huit mois d’enquête, douze personnes dont deux femmes, soupçonnées d’avoir pris part à un vaste réseau d’escroquerie, ont été interpellées. Cinq d’entre elles ont été mises en examen et écrouées. Les investigations, conjointement menées par la sûreté départementale de Moselle, la PJ de Metz et le groupe d’intervention régional (GIR) de Lorraine se poursuivent pour tenter d’établir les responsabilités de chacun et d’éventuelles complicités.

>> A lire aussi : Testaments, donations... Comment éviter aux personnes âgées de se faire arnaquer

L’enquête a débuté au mois d’avril par le constat d’un nombre croissant de plaintes de personnes âgées se disant victimes de faux couvreurs aux quatre coins de la Lorraine. En comparant ces plaintes, les enquêteurs se rendent compte que le scénario décrit est quasiment toujours le même. De soi-disant artisans se sont présentés à leur domicile, arguant que la toiture était en très mauvais état et nécessitait une rénovation d’urgence. Le devis atteint plusieurs centaines voire milliers d’euros. Les faux couvreurs montaient sur le toit, déplaçaient quelques tuiles, passaient de la peinture ou de la Javelle… Et se représentaient parfois quelques semaines ou mois plus tard pour refaire des travaux.

235 victimes

Les faits auraient démarré au début du mois de janvier 2015 mais il a fallu le recoupement de toutes les plaintes pour se rendre compte du phénomène. « Les plaintes étaient déposées un peu partout en Lorraine, explique le chef de la PJ de Metz, Franck Dannerolle. Et bien souvent, ce sont les proches des victimes qui se sont aperçus de l’escroquerie. » Au total, quelque 235 victimes, pour la plupart des personnes vulnérables, ont été identifiées. Le préjudice est évalué à 300.000 euros.

Douze personnes, dont certaines appartiennent à la communauté des gens du voyage, ont été interpellées lors du vaste coup de filet de mardi, monté avec le renfort du Raid et la BRI de Metz. Lors des perquisitions, 19.000 euros en liquide, trois véhicules, des faux devis et flyers ont été saisis. Quelque 50.000 euros ont été bloqués sur des comptes en banque. Les policiers ont également retrouvé une dizaine d’armes faisant l’objet d’une procédure à part. Les cinq mis en examen, notamment pour « escroquerie en bande organisée » et « blanchiment » sont considérés par les enquêteurs comme les têtes du réseau.