Tulle: Le forcené retranché au commissariat voulait se suicider

POLICE « Il voulait être abattu par les forces de l’ordre », a précisé lors d’une conférence de presse la procureur de la République de Tulle, Agnès Auboin…

20 Minutes avec AFP

— 

Photo d'illustration du Raid, en septembre à Bièvres (Essonne).
Photo d'illustration du Raid, en septembre à Bièvres (Essonne). — Jacques Witt / Sipa

L’homme de 47 ans qui s'était retranché mercredi dans le commissariat de Tulle avant d’être neutralisé par le Raid a justifié son geste par « une volonté suicidaire », a indiqué ce jeudi le parquet.

« Nous sommes dans le schéma d’un "suicide by cops". Il voulait être abattu par les forces de l’ordre », a précisé lors d’une conférence de presse la procureur de la République de Tulle, Agnès Auboin.

Des armes factices

Le directeur adjoint du Service régional de police judiciaire (SRPJ) de Limoges, Jérémie Bosse-Platière, a confirmé que la ceinture d’explosifs et l’arme de poing du forcené étaient factices : « Il avait fabriqué tout cela dans la nuit. L’arme de poing, confectionnée à partir de pièces d’aspirateur et de scotch, ressemblait à un Beretta modèle 12 [un pistolet mitrailleur] comme on en trouve dans les commissariats de police », a expliqué le policier.

« Entre la nuit et le niveau de stress, il était impossible aux fonctionnaires de police de réaliser qu’ils étaient face à des armes factices », a souligné Agnès Auboin.

>> A lire aussi : La BRI interpelle le forcené retranché chez lui à Paris

Au regard de ces éléments, les faits ont été requalifiés par le parquet de « tentative d’assassinat » en « violences volontaires », passibles de 10 ans de prison.

Le forcené, inconnu des services de police et au casier judiciaire vierge, s’était présenté peu avant 04h00 au commissariat de la ville et menaçait de se faire exploser. Le commissariat, quasi vide au moment de son irruption, avait été aussitôt évacué. L’homme avait été blessé aux jambes lors de l’intervention du Raid quelques heures plus tard.