Meurtre d’Alexia: L’avocat du mari de la joggeuse sait quand la victime est décédée et pressent un terme imminent de l'affaire

ENQUETE Plus de trois semaines après l’autopsie, l’avocat du mari d’Alexia Daval déclare ce lundi matin espérer une interpellation avant la fin de l’année, après le meurtre de la joggeuse…

B.P.

— 

La famille et le mari d'Alexia Daval lors de l'hommage tenu dans la commune de Gray, en Haute-Saône, début novembre. Illustration
La famille et le mari d'Alexia Daval lors de l'hommage tenu dans la commune de Gray, en Haute-Saône, début novembre. Illustration — AFP

La semaine passée, les avocats de la famille d’Alexia Daval demandaient que soient révélés les premiers éléments de l’enquête. Ce lundi, l’avocat du mari de la joggeuse répète dans les colonnes du Parisien espérer une interpellation avant la fin de l’année : « Pour obtenir les réponses aux questions qui les hantent : qui et pourquoi ? »

Et mardi, pour France 3 Bourgogne-Franche-Comté, l’avocat de Jonathann Daval a ajouté que la famille était au courant des éléments de l’enquête, notamment ceux révélés par l’autopsie de début novembre.

>> A lire aussi : Les avocats de la famille d'Alexia exhortent la justice à révéler les premiers éléments de l’enquête

Constitué partie civile au nom de Jonathann Daval, Me Randall Schwerdorffer estime, en s’appuyant sur les propos de la procureur de Besançon, que le crime aurait pu être commis « dans la précipitation », que des éléments auraient pu être retrouvés « sur place » ou encore que l’auteur « est proche géographiquement » des lieux pour les connaître.

« Les raisons de la mort » connues depuis le 2 novembre

Dans cette interview accordée à nos confrères, l’avocat insiste également sur le besoin de son client « de faire son deuil de manière apaisée » comme la sœur et les parents d’Alexia Daval. Avant de s’indigner de « rumeurs toxiques » concernant l’époux de la joggeuse et du « dîner familial [qui] s’est déroulé sans aucun problème » la veille, selon lui.

>> A lire aussi : Jugée «concluante», l'autopsie a permis de connaître «les raisons de sa mort» d'Alexia

Réalisée le 2 novembre, l’autopsie a permis aux enquêteurs de connaître « les raisons de (l)a mort » d’Alexia, ainsi que l’a dévoilé sans plus de précision la procureure Edwige Roux-Morizot. « Mais des examens complémentaires sont encore nécessaires pour en connaître le détail. (…) Il y a encore beaucoup d’éléments à récupérer et à vérifier. »

Ce mardi, Me Randall Schwerdorffer ajoute lors d’une interview à France 3 Bourgogne Franche-Comté, que la famille d’Alexia Daval a été mise au courant de ces éléments. « On a une idée assez précise, même très précise du moment où Alexia est décédée. » Mais il n’a pas souhaité s’étendre davantage, en raison du secret de l’instruction.

Il a tout de même précisé son sentiment sur ses annonces de la veille concernant une arrestation d’ici à la fin de l’année. « Je pense que la section de recherches qui fait un travail en profondeur ne veut pas se tromper, c’est mon sentiment… qu’ils veulent une interpellation et pas deux, et qu’ils veulent interpeller la bonne personne. Je pense que c’est un souci de cibler très précisément avec le moins d’erreurs la personne qui peut être impliquée, et la personne qui pourrait être l’auteur. »