Lot-et-Garonne: L'autopsie révèle des «traumatismes et des balles» dans les corps d'une famille décimée

ENQUETE L'autopsie réalisée sur les quatre corps - un couple et ses deux enfants - retrouvés dans les décombres d'une maison incendiée à Bazens, accrédite l'hypothèse d'un « drame de la jalousie », d'après le parquet...

M.B. avec AFP

— 

Illustration d'une voiture de gendarmerie.
Illustration d'une voiture de gendarmerie. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

« Un drame de la jalousie », d’après les déclarations du parquet, est vraisemblablement à l’origine de la mort d’une famille, un couple et ses deux enfants, selon les premiers éléments de l'enquête sur l’incendie qui a ravagé une maison à Bazens (Lot-et-Garonne), le 17 novembre, a indiqué jeudi le parquet d’Agen.

>> A lire aussi : Lot-et-Garonne: Quatre corps retrouvés en tout dans les décombres d'une maison incendiée

Ceci accrédite l’hypothèse d’un triple meurtre commis par le père de famille, qui se serait alors suicidé après avoir mis le feu à l’habitation.

Deux kalachnikovs, un fusil, des munitions…

« Les autopsies pratiquées cette semaine par l’Institut médico-légal de Bordeaux ont permis de retrouver des traumatismes multiples sur deux des corps, et des projectiles d’arme à feu concernant les deux autres corps », poursuit le parquet. Il ajoute que « des analyses génétiques complémentaires sont en cours » pour identifier formellement les quatre personnes décédées.

>> A lire aussi : Lot-et-Garonne: Deux corps et trois armes retrouvés sur le lieu de l'incendie d'une maison

Parallèlement, « deux armes de type kalachnikov, un fusil 22 long-rifle et des munitions ont été découverts sur les lieux par les enquêteurs et feront l’objet d’expertises balistiques », précise le parquet.

Le mari soupçonnait des aventures extra-conjugales de sa femme

Selon une source proche du dossier, le père de famille soupçonnait son épouse d’avoir des aventures extra-conjugales. Moniteur sportif dans le centre de détention d’Eysses, il était dépressif et se trouvait en arrêt maladie.

Le 17 novembre, les pompiers, alertés à l’aube, étaient intervenus rapidement sur les lieux du sinistre, mais l’intensité des flammes était telle qu’ils n’avaient pas pu pénétrer tout de suite dans la maison en bois, où résidait le couple et ses deux enfants, âgés de huit et dix ans, pour vérifier si quelqu’un s’y trouvait.

Bidons d’essence

En revanche, les enquêteurs découvraient rapidement dans un hangar situé à proximité de la maison, deux bidons d’essence dont l’un était renversé, et un poêle à pétrole. Les trois véhicules de la famille étaient stationnés devant la maison.

Ce n’est qu’une fois l’incendie éteint, en début d’après-midi, que les secours avaient pu découvrir, au fil des heures, les corps de quatre personnes.