La Réunion: Le calvaire d'une mère et ses filles, violées et séquestrées pendant sept ans

FAITS DIVERS Ce Réunionnais de 55 ans faisait régner la terreur auprès de sa compagne et ses deux filles dans un appartement qu’il avait caché des regards extérieurs…

20 Minutes avec agence
— 
Le bourreau présumé a été arrêté après que le beau-fils a prévenu les gendarmes (Illustration).
Le bourreau présumé a été arrêté après que le beau-fils a prévenu les gendarmes (Illustration). — Elisa Frisullo / 20 Minutes

Le beau-fils, chassé du domicile, a prévenu les gendarmes pour mettre fin au calvaire de cette famille. Un agent municipal de sécurité de Saint-Benoît (La Réunion) a été arrêté ce mercredi pour avoir séquestré depuis 2010 sa compagne et ses deux filles.

Retenues prisonnières, les trois victimes auraient régulièrement subi des viols, des agressions sexuelles et des brimades de cet homme de 55 ans, rapporte Le Parisien.

Un logement calfeutré

Les trois femmes étaient enfermées dans un appartement situé à 800 mètres du domicile du suspect, qui les surveillait via des caméras vidéo. Il avait aussi pris soin de dissimuler le logement de la vue des voisins en le calfeutrant avec des draps.

Outre sa compagne, le quinquagénaire aurait violé la fille aînée de cette dernière, âgée maintenant de 29 ans, jusqu’en 2011, date à laquelle la jeune femme a eu un enfant. L’employé communal aurait commencé à s’en prendre à la sœur de sa victime, alors mineure.

>> A lire aussi : A La Réunion, un homme mis en examen pour viol, enlèvement et séquestration d'une fillette de 4 ans

« Au-delà du tyran domestique »

Une source proche du dossier a évoqué auprès du quotidien francilien « une prise de pouvoir totale, au-delà du tyran domestique » et « un véritable harem basé sur la terreur ». Violentées et menacées avec des armes à feu, des câbles ou un nunchaku, les trois femmes ne sortaient qu’en compagnie de leur geôlier.

L’individu avait déjà été condamné à dix ans de prison en 1996 pour avoir tué sa compagne à coups de galets. Il a été mis en examen pour « viols » et « séquestration » et placé en détention provisoire ce vendredi. Les trois victimes ont quant à elles pu rejoindre leur famille, accompagnées de l’enfant né pendant les sept ans de captivité.

>> A lire aussi : VIDÉO. A La Réunion, deux policiers blessés par un homme «soupçonné de radicalisation»