Lille: Un réseau de «car-jacking» et de «home-jacking» démantelé dans le Nord?

FAIT DIVERS Depuis plusieurs semaines, la Sûreté départementale du Nord enquêtait sur une série de «car-jacking» et de «home-jacking»...

Caroline Politi

— 

Une voiture de police. (Illustration)
Une voiture de police. (Illustration) — V. WARTNER / 20 MINUTES

L’interpellation a eu lieu en plein cœur du Vieux-Lille. Vendredi soir, aux alentours de 22h30, la Sûreté départementale du Nord et la brigade anticriminalité (BAC) ont interpellé trois hommes, âgés de 17 à 30 ans, soupçonnés d’être à l’origine d’une violente tentative de « car-jacking » quelques heures plus tôt sur le parking d’un centre commercial de l’agglomération.

Les suspects auraient tenté de voler une BMW sur le parking du Carrefour de Wasquehal. Comme le conducteur résistait, l’un d’entre eux lui a asséné plusieurs coups avec la crosse de son arme de poing tandis qu’un autre gazait le passager. Voyant les propriétaires résister, les trois hommes sont finalement repartis bredouille, à bord de leur voiture volée. Les images de vidéosurveillance ainsi que les descriptions des victimes et témoins ont permis d’identifier quelques heures plus tard le véhicule en centre-ville. Une arme de poing et une gazeuse ont été retrouvées dans le coffre.

Recrudescence des « car-jacking » et « home-jacking »

Cette affaire serait-elle le dénouement d’une longue série de « car jacking » et de « home-jacking » commis dans toute la métropole lilloise ? Depuis le début du mois d’octobre, la Sûreté départementale du Nord avait constaté une forte recrudescence de ce type d’agressions. Les malfrats s’en prenaient à différents types de voiture – de l’entrée de gamme au modèle de luxe –, ils agressaient également violemment des personnes qui rentraient chez elles. « Pour l’instant, cette équipe n’a été reliée qu’au dernier car-jacking », assure le commissaire divisionnaire Philippe Nouarault, chef de la sûreté départementale.

>> A lire aussi: Dix individus soupçonnés de violentes opérations de home-jackings

Une information judiciaire a été ouverte et les investigations se poursuivent pour savoir si ces suspects peuvent être reliés à d’autres agressions. L’hypothèse d’une seconde équipe est également envisagée. Les trois suspects ont été déférés lundi, mis en examen et écroués. Le plus âgé était très connu des services de police, les deux autres « quasiment inconnus ».