Lyon: Il terrorise son collègue avec une arme en raison d'un conflit au travail

FAITS DIVERS L’agresseur présumé rendait sa victime responsable de ses difficultés professionnelles…

Elisa Frisullo

— 

L'agresseur présumé a été interpellé chez lui peu après les faits. Illustration.
L'agresseur présumé a été interpellé chez lui peu après les faits. Illustration. — GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Ses déboires professionnels, à l’origine, semble-t-il, de son excès de violence, ne sont pas prêts de s’arranger. Dimanche soir, un Villeurbannais de 51 ans, travaillant dans une entreprise du 7e arrondissement de Lyon, a été interpellé à son domicile après s’en être violemment pris à l’un de ses collègues en raison d’un conflit au travail.

Un peu plus tôt dans la journée, le suspect s’est rendu au domicile de cet homme de 28 ans, résident à Oullins, et a demandé à lui parler. Une fois face à lui, il a sorti une arme et l’a posé sur la bouche de son collègue, en menaçant de le tuer. Il l’a ensuite bousculé, et lui a asséné un coup de tête à l’arcade sourcilière, apprend-on ce mardi auprès de la police.

Des menaces de mort par SMS

Puis, l’agresseur présumé, ivre au moment des faits, a approché son revolver de la tempe de son jeune collègue, terrorisé, et a tiré une balle. Le projectile n’a pas touché la victime.

Le suspect a ensuite pris la fuite et s’est rendu au domicile de deux autres de ses collègues de 22 ans et 31 ans, habitant Lyon, sans parvenir à les trouver. L’un d’eux a expliqué aux enquêteurs qu’il avait reçu, ces derniers jours, plusieurs menaces de mort par SMS de la part de l’agresseur présumé et qu’il s’était caché chez lui en le voyant débarquer.

Il a reconnu les faits

Selon les premiers éléments de l’enquête, le quinquagénaire ultra-violent, interpellé chez lui peu après les faits, reprocherait à ses collègues d’être responsables de l’annulation de sa promotion professionnelle.

A son domicile, les enquêteurs ont retrouvé un revolver de calibre 9 mm approvisionné de cinq cartouches, dont l’une était percutée, et 73 cartouches de calibre indéterminé, précise la police. L’homme, qui a reconnu les faits de « violences volontaires aggravées » et « menaces de mort », doit être présenté ce mardi au parquet de Lyon.