Deux ans après l'accident de Puisseguin, un nouveau rapport très attendu

ACCIDENT Trois nouveaux experts doivent rendre leur conclusion d’ici à début 2018…

Clément Carpentier

— 

Les enquêteurs ont récupéré, à bord du camion et de l'autocar accidentés de Puisseguin, les chronotachygraphes.
Les enquêteurs ont récupéré, à bord du camion et de l'autocar accidentés de Puisseguin, les chronotachygraphes. — MEHDI FEDOUACH / AFP
  • Le rapport du BEA-TT donne les premières explications sur le déroulement des faits.
  • Il n’y a toujours aucune date de prévue pour un procès.
  • La route est maintenant limitée à 50 km/h.

Personne n’a oublié ce 23 octobre 2015 à Puisseguin dans le Libournais en Gironde. Ce jour-là, 43 personnes sont mortes dans un terrible accident de la route entre un camion et un car transportant des retraités sur la Départementale 17. Deux ans plus tard, l’enquête se poursuit. Si les familles de victimes ont pu déjà avoir quelques réponses sur les circonstances du drame, il reste encore des zones d’ombre.

>> A lire aussi : Hommage à Puisseguin, un an après l'accident

Le rapport du BEA-TT donne un premier éclairage 

Des réponses que l’on trouve principalement, pour l’instant, dans le rapport du Bureau d’enquête des accidents de transports terrestre (BEA-TT), publié en juillet dernier. Celui-ci révèle de nombreuses anomalies à commencer par la présence d’un secon réservoir de gasoil non homologué sur le camion qui a probablement provoqué l’incendie des deux véhicules.

Puisseguin, le 24 octobre 2015. Photo aérienne du car incendié après une collusion mortelle avec un camion.
Puisseguin, le 24 octobre 2015. Photo aérienne du car incendié après une collusion mortelle avec un camion. - Bob Edme/AP/SIPA

Ce rapport pointe aussi l’ABS défectueux de la remorque du camion et la vitesse autorisée, inadaptée, sur cette petite route départementale (90 km/h). Au moment de l’accident, le conducteur du poids lourd roulait à 75 km/h. Enfin, le BEA-TT met aussi en cause les matériaux utilisés dans le car qui n’ont pas ralenti la propagation du feu.

>> A lire aussi : Le second réservoir du camion impliqué dans la collision avec le car n'était «pas homologué»

Toujours pas de poursuites judiciaires

Alors qu’une cérémonie d’hommage se tenait ce lundi matin, l’enquête, elle, n’a pas beaucoup avancé sur le volet judiciaire. Des experts ont rendu plusieurs rapports depuis deux ans mais aucun n’a convaincu. Un nouveau devrait être publié d’ici à la fin de l’année par trois experts indépendants. Leurs conclusions sont évidemment très attendues notamment sur l’incendie.

Hommage aux 43 victimes décédées le 23 octobre 2015 dans un accident de la route à Puisseguin.
Hommage aux 43 victimes décédées le 23 octobre 2015 dans un accident de la route à Puisseguin. - E.Provenzano / 20 Minutes

À la suite de celui-ci, les proches des victimes pourront peut-être enfin envisager un procès. À l’heure actuelle, il n’y a pas de poursuites d’engagées que ce soit contre le transporteur pour le camion, le propriétaire de la remorque ou la compagnie de car. Cela risque encore de prendre un peu de temps. Après l’accident de Beaune en 1982 (53 morts), il avait fallu attendre près de trois ans pour qu’un procès se tienne.

Signature, le 28 juin 2016 à Puisseguin, d'un
Signature, le 28 juin 2016 à Puisseguin, d'un - GEORGES GOBET AFP

>> A lire aussi : De nouvelles indemnisations créées après l'accident de Puisseguin

Une route maintenant réglementée à 50 km/h

Ce drame du 23 octobre 2015 a tout de même fait bouger certaines choses. Le Conseil départemental de la Gironde a décidé de réduire la vitesse à 50 km/h sur cette portion de route, il y a quelques semaines. Des panneaux de signalisations devraient aussi être installés pour mieux indiquer ce virage.

La départementale 17 est maintenant limitée à 50 km/h
La départementale 17 est maintenant limitée à 50 km/h - GEORGES GOBET / AFP

Le rapport du Bureau d’enquête des accidents de transports terrestre fait aussi part de plusieurs préconisations comme améliorer le système de désenfumage des bus. Il avance aussi l’idée d’un éclairage de secours ou d’un marquage lumineux au sol, relate Sud Ouest.

>> A lire aussi : De nouvelles indemnisations créées après l'accident de Puisseguin