Le Mans: Un psychiatre suspendu trois mois après une plainte pour viol

FAITS DIVERS Une patiente affirme avoir été violée en 1989 par un médecin du Mans. Les faits sont prescrits pénalement...

F.B.

— 

Le conseil de l'Ordre national des médecins (illustration).
Le conseil de l'Ordre national des médecins (illustration). — DURAND FLORENCE/SIPA

La chambre disciplinaire du conseil régional de l’Ordre des médecins de la Sarthe vient d’interdire à un psychiatre manceau d’exercer pendant une durée de trois mois à la suite d’une plainte d’une patiente se disant victime de viol, rapporte France Bleu Maine.

Les faits remontent à 1989. Alors âgée de 27 ans, une jeune femme mancelle aurait été violée dans le cabinet de ce médecin spécialisé dans la santé mentale. Ce n’est que 26 ans plus tard, en 2015, que la victime se décide à révéler l’affaire mais elle ne peut plus porter plainte pénalement, les faits étant prescrits. Elle alerte alors l’Ordre des médecins.

Pas de preuve du viol, justifie l’Ordre des médecins

L’agresseur présumé nie les faits, évoquant simplement des gestes d’empathie, « comme prendre des femmes dans ses bras », sans acte sexuel.

Après avoir organisé l’an passé une confrontation entre les deux parties, la juridiction professionnelle décide finalement de sanctionner le médecin de seulement trois mois d’interdiction. Pas davantage car le viol n’a pu être caractérisé faute de preuve, justifie l’Ordre des médecins. Le psychiatre dispose d’un mois pour faire appel.

Une autre patiente a accusé le médecin manceau de viol en 2006, avance France Bleu Maine.