VIDEO. Attentat à Marseille: Interpellations, suspects, dysfonctionnement... Le point sur l'enquête

ATTENTAT Deux hommes soupçonnés d’avoir logé Ahmed Hanachi ont été interpellés mardi à Toulon mais l’enquête se concentre essentiellement sur la famille du terroriste…

Adrien Max
— 
La police procède aux premières constatations sur le parvis de la gare Saint-Charles à Marseille.
La police procède aux premières constatations sur le parvis de la gare Saint-Charles à Marseille. — BERTRAND LANGLOIS / AFP
  • Deux hommes soupçonnés d’avoir logé Ahmed Hanachi, ont été interpellés mardi à Toulon.
  • Anis et Anouar, deux frères du terroriste ont été interpellés et placés en détention préventive.
  • Moez et Amina, frère et sœur de l’assaillant, interpellés en Tunisie, ont été relâchés.
  • L’enquête administrative a pointé des «dysfonctionnements graves» à la préfecture du Rhône.

Depuis le meurtre de Mauranne et Laura, deux cousines d’une vingtaine d’années, perpétré le 1er octobre à la gare Saint Charles de Marseille par Ahmed Hanachi, l’enquête progresse. Si Daesh a revendiqué cette attaque au couteau, aucun élément ne relie, pour l’instant, directement le terroriste à l’organisation islamique.

L’enquête judiciaire se concentre sur la famille du terroriste, et notamment deux de ses frères, Anouar l’aîné et Anis, le petit frère. L’enquête administrative a révélé des fautes graves au sein de la préfecture du Rhône, qui ont conduit à la remise en liberté du terroriste, la veille de son passage à l’acte.

Deux hommes ont été interpellés mardi à Toulon. Deux individus âgés de 24 et 29 ans ont été interpellés puis placés en garde à vue dans la journée de mardi à Toulon ( Var), à une cinquantaine de kilomètres de Marseille. L’homme de 24 aurait hébergé l’assaillant à Toulon lors d’un de ses passages dans la ville. Le second a été interpellé en compagnie du premier. Les enquêteurs cherchent à déterminer si le logeur était au courant des intentions du terroriste.


Deux frères d’Ahmed en détention préventive. Anouar, l’aîné, a été interpellé avec sa compagne dimanche alors qu’ils se présentaient à un centre de demandeur d’asile à Chiaso, une ville suisse à la frontière italienne. « L’homme est connu des services de police étrangers pour ses liens avec la mouvance terroriste djihadiste », a indiqué la police fédérale. Même si son rôle n’est pour le moment pas clair, il devrait être extradé vers la Tunisie mais cela pourrait prendre plusieurs semaines.


Anis, le petit frère, a lui été interpellé samedi à Ferrare, dans le nord de l’Italie, à la suite d’un mandat d’arrêt international délivré par les autorités françaises. Il est connu pour avoir combattu avec le groupe djihadiste en Syrie. Il devrait être remis à la France. Le but des enquêteurs est de déterminer si les deux frères, ou au moins l’un des deux, ont joué un rôle dans la radicalisation du terroriste.
Le dernier frère et la sœur du tueur, Moez et Amina, interpellés vendredi à Zarzouna, dans le nord-est de la Tunisie, ont finalement été relâchés après avoir été entendus par un juge du pôle antiterroriste tunisien.

De graves dysfonctionnements à la préfecture du Rhône. Les conclusions de l’enquête administrative rendues publiques mardi, pointe un « ensemble de dysfonctionnements graves » au sein de la préfecture du Rhône, selon Gérard Collomb, le ministre de l’Intérieur. Ces dysfonctionnements graves ont conduit à la remise en liberté de l’assaillant, interpellé à Lyon pour le vol d’un pull deux jours avant son passage à l’acte.


Il avait été remis en liberté le lendemain, alors qu’il était en situation irrégulière. Les services de police avaient saisi la police aux frontières pour le faire expulser. Mais la Préfecture du Rhône ne lui avait jamais délivré d’obligation de quitter le territoire français (OQTF), arguant que le centre de rétention était saturé. Le préfet du Rhône Henri-Michel Comet a été démis de ses fonctions, il sera remplacé par Stéphane Bouillon, le préfet de Provence-Alpes Côte d’Azur.