Nancy : Une arnaque coûte à l’Urssaf plus de 700.000 euros

TRAVAIL AU NOIR Un homme est soupçonné d’avoir organisé un système de fraude dans le secteur du BTP à Nancy…

G.V. avec AFP
— 
Des billets euros (photo illustration).
Des billets euros (photo illustration). — LODI FRANCK/SIPA

Fin du jeu pour un homme placé en garde à vue à Nancy. Il est soupçonné d’avoir organisé un système de fraude dans le secteur du BTP.

Le principe ? Le suspect créait des entreprises éphémères, avec une durée de vie maximale d’un an et demi, via lesquelles il employait des travailleurs non déclarés et qui ne payaient aucune prestation sociale, a précisé à l’AFP la section de recherches (SR) de Nancy. L’individu, prudent et qui voyait gros, avait cependant créé une entreprise qui payait des prestations mais ne servait en réalité que d’écran de fumée aux entreprises frauduleuses. Et cela lui permettait surtout d’avoir accès à de grands groupes du bâtiment.

>> A lire aussi : L'Urssaf récupère 1,4 milliard d'euros de fraudes aux cotisations sociales

D’autres administrations et organismes sont touchés

Au total, au moins une dizaine de chantiers en Meurthe-et-Moselle seraient concernés et l’arnaque aurait coûté plus de 700.000 euros à l’Urssaf. D’autres administrations ou organismes (Impôts, CAF, Pôle emploi) seraient également flouées par ce type de délinquance et seront « en droit de demander réparation », a précisé la gendarmerie dans un communiqué et que rapporte l’AFP. Pour l’heure, plus de 90.000 euros ont été saisis sur des comptes bancaires de sociétés impliquées, selon le communiqué.

Le suspect encourt une peine pouvant aller jusqu’à dix ans d’emprisonnement et 100.000 euros d’amende.